Les actus

Objectif 100 000 passagers par jour dans les trains d’Occitanie

Pour se donner les moyens d’accueillir 100 000 voyageurs par jour dans les trains régionaux d’Occitanie, la Région investit dans des tarifs attractifs, la qualité du service, des matériels et des infrastructures. Dans ce cadre, elle investira également pour les «  petites  » lignes .

 66 000 voyageurs utilisent chaque jour les TER d'Occitanie
66 000 voyageurs utilisent chaque jour les TER d’Occitanie

Responsable de l’organisation de la mobilité en Occitanie, la Région affiche son objectif : rendre le train encore plus fiable, plus sécurisé et moins cher pour booster la fréquentation à 100 000 voyageurs par jour dans les dix prochaines années, au lieu de 66 000 aujourd’hui.

Le train, c’est la voie de l’avenir, l’alternative idéale pour endiguer les transports à énergies polluantes, lance Carole Delga. Au-delà de l’achat de nouvelles rames, la rénovation des infrastructures est une priorité. Un plan d’urgence pour la sauvegarde du réseau a été voté par la Région en juillet. Pour aller plus loin, nous avons besoin d’un accompagnement fort de la SNCF et de l’État, notamment sur la rénovation des infrastructures, l’arrivée de la LGV à Toulouse et Perpignan, ainsi que sur la remise en service du fret ferroviaire qui sera inscrit dans notre Green New Deal.

Plus de trains, moins chers

Des investissements payants : 72 trains et 37 000 places supplémentaires par jour

Pour inciter les habitants d’Occitanie à privilégier le train pour leurs déplacements réguliers et occasionnels, la Région a déjà renforcé l’attractivité du réseau liO. Elle a baissé les tarifs, aujourd’hui les moins chers de France, et augmenté l’offre de 11% en 2020, avec 72 trains et 37 000 places supplémentaires par jour.
Sa pression sur la ponctualité porte ses fruits : elle atteint 91,9 % depuis le début de l’année, au-dessus des objectifs de 2020 (91%). Aujourd’hui, 93,7% des usagers se disent satisfaits du service rendu.
 

De forts investissements pour moderniser le réseau

Le parc a été renouvelé avec des rames Coradia et Régiolis électrique ou bimode
Le parc a été renouvelé avec des rames Coradia et Régiolis électrique ou bimode

L’effort de la Région porte aussi sur l’achat de matériel roulant performant et plus respectueux de l’environnement : le parc a été renouvelé avec des rames Coradia et Régiolis électrique ou bimode, modernisé avec l’achat de 18 rames à 2 niveaux Régio2N (500 places). La Région a aussi engagé la rénovation de 83 rames AGC (réalisée par Safra à Albi) et acquis trois rames Alstom Coradia Liner pour le « Cévenol ». L’innovation est au programme, avec les expérimentations du train hybride (circulation prévue en 2022), du train à batteries rechargeables (2023) et du train à hydrogène (2025).
 
 

Pour améliorer la mobilité et favoriser les déplacements doux, la Région aménage des pôles d'échanges multimodaux ferroviaires
Pour améliorer la mobilité et favoriser les déplacements doux, la Région aménage des pôles d’échanges multimodaux ferroviaires

Côté infrastructures, la Région a déjà voté un plan d’urgence de 76 M€ pour 12 lignes de desserte « fine  » du territoire dont six lignes prioritaires [1]. Pour garantir la pérennité des petites lignes, elle va proposer à sa prochaine Assemblée plénière un « Plan Rail » de 800 M€ sur 10 ans, soit la moitié du 1,6 milliard d’euros nécessaire. En outre, la Région se porte volontaire pour gérer la réhabilitation des lignes prioritaires Montréjeau-Luchon et Alès-Bessèges, actuellement fermées.
Au-delà des infrastructures ferroviaires, la connexion des gares avec les autres modes de transports - autocars, voitures, vélos… - est capitale. L’aménagement de plus de 40 pôles d’échanges multimodaux (PEM) ferroviaires, fortement soutenus par la Région, va largement améliorer la mobilité. La Région s’intéresse aussi aux gares du futur : celles de Figeac et Martres-Tolosane seront des laboratoires d’expérimentation de nouveaux services comme de l’efficacité thermique.
 

Des Technicentres pour la maintenance

La Région Occitanie est la seule Région propriétaire de ses propres installations de maintenance des TER. L’aménagement du Technicentre de Nîmes, inauguré ce jeudi après 4,14 M€ d’investissement, a permis de l’adapter à la maintenance des rames Régiolis circulant sur le littoral depuis fin 2019. La Région possède aussi un autre Etablissement Régional de Maintenance (ERM) à Toulouse, agrandi en 2017 pour 55 M€ afin de recevoir les rames Régio2N.

La Concertation Citoyenne aborde l’avenir du train

Après les Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité en 2016, la Région a monté en septembre 2020 la « Convention Citoyenne en Occitanie » et 100 citoyens tirés au sort ont réfléchi sur un modèle de société plus juste et durable. Parmi leurs 52 propositions prioritaires, 5 abordent les transports et la mobilité : augmenter et coordonner les moyens de mobilité de la Région, prioriser le fret ferroviaire, remettre en circulation les petites lignes, favoriser le covoiturage au sein des entreprises, l’accès des vélos et transports doux dans les transports en commun. La votation sur ces propositions, ouverte dès le 16 octobre, alimentera la construction du plan de transformation et de développement régional « Green New Deal ».
Participer à la Concertation Citoyenne

[1Montréjeau-Luchon, Alès-Bessèges, Carcassonne-Limoux-Quillan, Rodez-Séverac-Millau, Rive Droite du Rhône et Train Jaune