La Région se dote d’un plan d’urgence pour la sauvegarde du réseau ferroviaire en Occitanie

Réunis sous la présidence de Carole Delga, le vendredi 19 juillet 2019 à Montpellier, les élus de la Commission permanente ont approuvé plusieurs propositions d’amélioration de l’offre de transports, tant pour garantir la desserte des petites lignes de train, que pour améliorer l’accessibilité des gares et le confort des voyageurs.

Malgré un fort désengagement de nos premiers partenaires que sont l’État et la SNCF, ma volonté est de maintenir et développer le nombre de gares desservies, notamment en milieu rural pour que le plus grand nombre puisse trouver une solution de transports en commun à ses déplacements.
Dans le même esprit, parce que l’accès au service public est un droit, la mise en accessibilité aux personnes à mobilité réduite est un sujet sur lequel je ne transigerai pas.

a déclaré la présidente de Région, Carole Delga.

La Région investit 66 M€ pour le maintien des lignes dans les communes et les déplacements de 18 000 voyageurs par jour :

Depuis la signature du contrat dit « de performance » entre L’État et la SNCF Réseau, la participation de ce dernier aux travaux d’entretien des lignes de desserte fines a été drastiquement réduite, passant au mieux à 8,5 % des investissements.

Face au refus de financement de la part de L’État en dehors des accords du contrat de plan, et parce qu’il serait inadmissible pour la Région de ne plus desservir ces territoires, notamment ruraux, la Région Occitanie a pris la décision de financer les travaux nécessaires au maintien des dessertes, à hauteur de 91,5 %, soit un investissement nécessaire à ce jour de 66 M€.

En effet, l’absence d’investissement pourrait entraîner sur plus de la moitié des lignes utilisées par les trains régionaux des ralentissements des trains dégradant les dessertes, voire une suppression pure et simple des circulations d’ici 3 ans

Ce Plan d’urgence concernera 12 lignes ou sections de ligne vitales pour les territoires d’Occitanie et les 18 000 usagers qui les utilisent quotidiennement, soit 25% des voyageurs des lignes TER.

  • 7,6 M€ pour les dessertes fines du territoire ouest de l’Occitanie
    Les lignes concernées ici, sont :
  • Empalot-Auch,
  • Foix - Latour-de-Carol,
  • Teissonnières - Rodez,
  • Teissonnières - Capdenac
  • Capdenac - Turenne.
  • 7,8 M€ pour le maintien du Train Jaune
    La ligne ferroviaire du Train Jaune dessert depuis 1910, sur un parcours de 62,6 kilomètres, 22 gares entre Villefranche - Vernet-les-Bains et Latour-de-Carol - Enveitg.

Composée d’une vingtaine de galeries et tunnels, ainsi que de nombreux murs de soutènement et ouvrages en terre, elle nécessite pour pouvoir circuler des remises en état à la suite des mouvements du sol, des précipitations et des actions du gel.

Plusieurs tranches de travaux ont déjà été réalisées ces dernières années, avec pour objectif de maintenir l’exploitation de cette ligne mythique desservant la Cerdagne pour près de 18M€ dont 13,2M€ de part Région.

  • 3,4 M€ pour le maintien de la ligne des Cévennes
    Reliant Nîmes à Clermont-Ferrand, ce projet de restructuration de la ligne est compris dans le Contrat de plan État-Région 2015-2020, et financé à part égale à hauteur de 1,65 M€ chacun. La ligne doit bénéficier du remplacement de 9 150 traverses.
    Ces travaux seront réalisés en 2019.
    Par ailleurs, la Région financera la réalisation d’études pour un montant de 1,75 M€.
  • 18 M€ pour la ligne des Causses
    Reliant Béziers à Neussargues, cette ligne bénéficie déjà actuellement de travaux de restructuration sur les sections Séverac - Millau (travaux en cours) et Saint-Chély-d’Apcher - Neussargues.
    Poursuivant cet effort, la Région prévoit des travaux qui s’échelonneront jusqu’à la fin de l’année 2022.
  • 15 M€ pour le remplacement des traverses des lignes Le Monastier - La Bastide Saint Laurent et Saint-Césaire - Le Grau du Roi.