Les actus

Un contrat État-Région pour relever les défis du territoire

La Région élabore le premier Contrat de plan État-Région (CPER) 2021-2027 à l’échelle de l’Occitanie. Avec deux boussoles : la transition écologique ainsi que le rééquilibrage territorial et les solidarités dans les territoires. En complément, des contrats de plans interrégionaux engagent la Région et l’État avec d’autres Régions.

Le Contrat de plan Etat - Région financera les projets indispensables pour relever les défis du territoire.
Le Contrat de plan Etat - Région financera les projets indispensables pour relever les défis du territoire.

Transition écologique et rééquilibrage territorial, tel est le cap du premier Contrat de plan État – Région (CPER) élaboré depuis la création de la Région Occitanie en 2016. Ce document-clé est doté de 6,3 milliards d’euros sur la période 2021-2027. Il est cofinancé par l’État et la Région.

À travers le CPER, la Région et l’État s’engagent sur le financement et la programmation de projets indispensables pour relever les nombreux défis du territoire, qu’ils soient climatiques, écologiques, économiques ou sociaux. Initié en 2019, intégrant le contexte de pandémie et du conflit ukrainien, le nouveau CPER Occitanie s’appuie sur Occitanie 2040 et le Pacte Vert, et se structure autour de deux piliers.

Domaines d’excellence et égalité des chances

Les mobilités de demain sont au cœur de la transition écologique visée par le CPER.
Les mobilités de demain sont au cœur de la transition écologique visée par le CPER.

Le premier vise à développer un nouveau modèle de croissance, orienté vers la transition écologique. Pour cela, la Région entend s’appuyer sur ses domaines d’excellence, à savoir l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation (ESRI), le tourisme, la culture et le patrimoine.
Pour promouvoir la transition vers un développement soutenable et résilient, la Région s’appuiera sur les mobilités de demain, la gestion intégrée de l’eau, la biodiversité du territoire et la sobriété foncière.

124 projets ESRI sont déployés en ce sens, dont le RéSEM (Réseau des serres expérimentales de Montpellier) pour renforcer le potentiel scientifique et d’innovation de Montpellier Université d’Excellence (Muse), et Pangee, plateforme d’analyse en géoscience, écologie et environnement, pour répondre aux enjeux d’adaptation au changement climatique.

Second pilier du CPER, le rééquilibrage territorial et les solidarités, pour favoriser l’égalité des chances et lutter contre la pauvreté et l’exclusion. La Région souhaite accentuer son action sur plusieurs leviers concrets, tels que la vitalité commerciale et artisanale, la souveraineté alimentaire, l’aménagement numérique et la santé. Amplifier l’accès à l’emploi et à la formation, favoriser l’accès à l’enseignement et développer le logement social étudiant font partie des priorités affichées par Carole Delga, présidente de la Région.

Montagne, eau : les stratégies interrégionales au cœur des CPIER

La montagne et la ressource en eau au cœur des préoccupations.
La montagne et la ressource en eau au cœur des préoccupations.

Les contrats de plan interrégionaux État-Régions (CPIER) 2021-2027 s’approprient des enjeux d’avenir impliquant l’Occitanie et des régions voisines. Exemples phares, la montagne et la ressource en eau. Ainsi, 58,7 M€ sont investis par les Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, avec l’État, sur le bassin Adour-Garonne pour optimiser la ressource en eau, réduire la vulnérabilité des populations et des biens, et prévenir du risque inondations 500 000 personnes potentiellement menacées. Parmi les nouveautés, la valorisation et l’identité Garonne, via la sensibilisation des collectivités et du grand public. Ces actions font écho à l’Entente sur L’Eau, signée en 2018, visant à créer une synergie des politiques de l’eau.

Grâce au CPIER, la destination touristique et le patrimone de la Vallée du Lot seront valorisés.
Grâce au CPIER, la destination touristique et le patrimone de la Vallée du Lot seront valorisés.

La Vallée du Lot entre dans le CPIER, avec la valorisation du patrimoine et de la destination touristique, une offre d’itinérance fluviale et pédestre, et des activités liées à l’eau.

Alors que les territoires de montagne couvrent plus de la moitié (55 %) du territoire régional, des CPIER sont déployés sur les deux massifs de la région. Le CPIER du Massif des Pyrénées vise à soutenir les activités économiques et à préserver, valoriser et promouvoir le patrimoine naturel pyrénéen. Celui du Massif central entend accompagner la transformation des filières économiques, amplifier l’attractivité du territoire, et préserver et valoriser les ressources et milieux naturels.