Les actus

Les emplois d’aujourd’hui et de demain au cœur des échanges des élus régionaux

Réunis en Assemblée plénière, les élus régionaux ont adopté deux dossiers majeurs ce jeudi 16 juillet : un Plan de relance de l’emploi doté de 211 M€ et le lancement du « Green New Deal ». Ce nouveau modèle de société plus juste et durable sera construit avec les citoyens d’Occitanie à partir de septembre, et poursuivra le cap fixé par « Occitanie 2040 ».

Crédits : Laurent Boutonnet - Région Occitanie

Les conseillers régionaux, réunis en assemblée plénière (en comité restreint à cause de la situation sanitaire) à Montpellier, ont approuvé ce jeudi 16 juillet un grand plan de relance pour l’emploi et le démarrage du « Green New Deal » pour l’Occitanie. Ils vont renforcer l’impact du Plan d’urgence régional mis en place dès le printemps - un « bouclier » de 370 M€ - et s’inscrivent dans la lignée de la feuille de route « Occitanie 2040 » votée fin 2019.

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences appellent une réaction de grande ampleur, souligne Carole Delga. Il y a urgence à agir, c’est dès maintenant que la situation est difficile. Avec ces deux plans, nous protégeons nos habitants, renforçons notre économie et construisons un avenir plus juste et plus durable. Ce monde d’après, nous voulons le construire collectivement, en ne laissant personne au bord du chemin.

Un plan de relance de l’emploi ambitieux

Le Plan de relance soutient les filières les plus touchées par la crise sanitaire
Le Plan de relance soutient les filières les plus touchées par la crise sanitaire

Une grave crise économique se dessine dans le sillage de la crise sanitaire. C’est pourquoi la Région met en place un Plan de relance pour l’emploi de 211 M€, avec un effet levier de 400 M€. « Nous lançons ce plan immédiatement, en relais des mesures d’urgence déjà déployées. Il est nécessaire d’aider les entreprises à maintenir et créer des emplois », insiste Nadia Pellefigue, vice-présidente au développement économique, à la recherche, l’innovation et l’enseignement supérieur.
Ce plan de relance se déploie dans trois directions : le soutien aux filières économiques majeures touchées par la crise, et des volets « formation » et « relocalisation ». La Région a ainsi bâti des programmes avec les professionnels du tourisme, de l’aéronautique, de la viticulture, du nautisme et de la plaisance. Elle renforce son appui à l’activité du BTP : « Nous amplifions le soutien à la rénovation énergétique et à la production de logement social », précise Carole Delga.

De nouveaux dispositifs de formation des salariés vont représenter une vraie alternative aux suppressions d’emploi. En outre, la Région renouvelle son accompagnement de l’apprentissage  : elle apportera un bonus de 1 000 à 2 000 € (selon la formation) à chaque nouveau contrat signé. Pour anticiper l’évolution des métiers, elle ouvrira en septembre à Montpellier la Cité de l’Economie et des Métiers de demain.

L'Agence régionale pour les investissements stratégiques (Aris) interviendra dans la relocalisation de projets industriels stratégiques
L’Agence régionale pour les investissements stratégiques (Aris) interviendra dans la relocalisation de projets industriels stratégiques

Enfin, pour favoriser la relocalisation d’activités stratégiques en Occitanie, la Région va créer l’Agence régionale pour les investissements stratégiques (ARIS). Celle-ci interviendra et investira en priorité dans des projets industriels liés à l’alimentation, la santé, l’énergie, le numérique, l’économie circulaire… Un appel pour identifier les projets sera bientôt lancé. « La création de l’ARIS sera accompagnée d’un portail régional de mobilisation de l’épargne populaire vers l’économie réelle », ajoute Carole Delga.

Un « Green New Deal » construit avec les citoyens

Avec le "Green New Deal", la Région entend construire avec ses habitants un modèle de société plus juste et durable
Avec le "Green New Deal", la Région entend construire avec ses habitants un modèle de société plus juste et durable

Dans la lignée de la feuille de route « Occitanie 2040 » approuvée fin 2019, la Région prépare un grand plan de transformation et de développement régional, le « Green New Deal ». Une démarche unique en Europe, qui va balayer tous les champs d’action de la Région. Ce projet de société sera élaboré avec les habitants : la Région organisera en septembre une Convention citoyenne (forte de 100 citoyens représentatifs de l’Occitanie tirés au sort) puis une votation citoyenne à l’automne. Ses propositions alimenteront le Green New Deal, dont l’adoption sera à l’ordre du jour des élus régionaux fin 2020. « Notre modèle est juste et durable, sobre et solidaire », souligne Agnès Langevine, vice-présidente à la transition écologique et énergétique, la biodiversité, l’économie circulaire et les déchets.
L’Acte 1 du Green New Deal a été joué ce 16 juillet, avec un volet alimentation durable. Ses grands objectifs : accompagner les producteurs locaux, apporter des réponses logistiques pour les circuits courts, l’installation de jeunes agriculteurs et le foncier agricole…

Des moyens supplémentaires pour financer les actions

La crise a un impact sur les finances de la Région : elle crée de nouveaux besoins, comme la fabrication de masques
La crise a un impact sur les finances de la Région : elle crée de nouveaux besoins, comme la fabrication de masques

Afin de se donner les moyens de réaliser ces nouvelles politiques, la Région a adopté ce 16 juillet sa première décision modificative budgétaire de l’année 2020. Rappel : le budget 2020 atteint 2,6 milliards d’euros, hors emprunt (535 M€) et fonds européen Feader pour l’agriculture (418 M€). Or, la crise a un double impact sur les finances de la Région : elle crée de nouveaux besoins (fournitures de masques, aides aux entreprises…) et réduit les recettes (l’estimation atteint 90 M€ en 2020). Aussi pour garder son niveau d’investissement et avoir la capacité d’aider les habitants les plus fragiles, les entreprises et l’emploi, la Région a voté ce jeudi près de 310 M€ de crédits de paiement supplémentaires, en partie en augmentant de 195 M€ le recours à l’emprunt.