Les actus

Un « Plan Rail » pour doper le train en Occitanie

Convaincue des atouts du transport ferroviaire, la Région met sur la table 800 M€ sur 10 ans pour améliorer le réseau et atteindre son objectif de 100 000 voyageurs quotidiens dans les trains régionaux. Ce « Plan Rail » adopté ce jeudi 19 novembre s’inscrit dans le Green New Deal régional.

Sur la question essentielle des mobilités, le train, c’est la voie de l’avenir. C’est aussi l’alternative idéale aux transports à énergies polluantes, affirme Carole Delga.

Farouche promoteur du train, la Région met les moyens pour atteindre 100 000 voyageurs quotidiens d’ici dix ans dans les trains d’Occitanie, 34 000 de plus qu’aujourd’hui. Après un Plan d’urgence de 76 M€ mi-2019, elle adopte ce 19 novembre un « Plan Rail » de 800 M€. Son objectif : sauver le réseau ferroviaire, délaissé par l’État pourtant propriétaire. Le Plan Rail fait partie du vaste Plan de transformation et développement « Green New Deal » voté mi-novembre.

Le plein d’investissements pour un réseau performant

Les 800 M€ du Plan Rail représentent la moitié des investissements nécessaires sur la prochaine décennie. «  La Région Occitanie est de très loin celle qui investit le plus sur le ferroviaire  », relève le vice-président aux mobilités et infrastructures transports Jean-Luc Gibelin. Le complément doit être fourni par SNCF Réseau et l’État. « La Région demande que cette mobilisation de moyens se concrétise par une Agence pour traiter l’ensemble des projets de Desserte Fine du Territoire en Occitanie », ajoute Carole Delga.

Le Plan Rail va au-delà de la sauvegarde du réseau existant, puisque la Région programme la réouverture de six lignes. Dès 2022, les voyageurs pourront emprunter la ligne « Rive Droite du Rhône », après 40 ans d’interruption. Pour accélérer les chantiers, la Région veut piloter directement les chantiers des lignes Montréjeau-Luchon et Alès-Bessèges.

Côté services, les investissements de la Région porteront aussi sur une nette amélioration de la ponctualité (92% des trains à l’heure) et une importante baisse des tarifs.

La Région pousse enfin le transport de marchandises : elle souhaite le transfert de la ligne de fret Auch-Agen, se mobilise pour le train des Primeurs Perpignan-Rungis, une autoroute ferroviaire du port de Sète vers Calais, l’essor du transport combiné…

Vers le matériel et les gares du futur

Côté matériel roulant, la Région mise sur la performance, le confort et l’environnement. Elle privilégie les rames électriques et bimode et a acheté 18 rames Régio2N, qui peuvent transporter jusqu’à 500 voyageurs. Elle fera aussi rénover par Safra à Albi 83 Autorails Grande Capacité. Pour le futur, la Région parie sur les expérimentations du train hybride qui roulera en 2022, du train à batteries rechargeables en 2023 et du train à hydrogène attendu en 2024.

Enfin, la Région cofinance les aménagements de pôles d’échanges multimodaux (PEM) autour de plus de 40 gares d’Occitanie afin d’améliorer la mobilité en reliant les trains avec les cars, voitures, vélos…. Elle travaille sur la gare du futur, qui sera « multiservices » et écoconçue. Rachetée par la Région, la gare de Figeac sera un laboratoire intégrant de nouveaux services au public et l’efficacité énergétique.