Pollution Lumineuse et Trame Noire

Depuis les années 80 nous assistons à une multiplication des points lumineux dans les villes et villages. Routes, rues, places, monuments sont autant d’éléments qui, à la tombée de la nuit, sont éclairés. Pourtant ce « sur-éclairage » n’est pas sans conséquence et ce n’est que depuis peu que l’impact négatif de cette pollution est pris en considération dans les politiques publiques.

Aujourd’hui, de nombreuses collectivités et organismes publics s’engagent dans une diminution de l’éclairage public et dans une réflexion plus globale sur la maîtrise de celui-ci.

La Région Occitanie souhaite accompagner les territoires dans la prise en compte de l’impact de l’éclairage public et dans l’optimisation de celui-ci. Lutter contre la pollution lumineuse est à la fois une opportunité d’économie d’énergie et d’argent public pour les collectivités mais aussi une action en faveur de la préservation de la biodiversité nocturne.

Crédits : B.Charlier

La pollution lumineuse, de quoi parle-t-on ?

Le terme de « pollution lumineuse » désigne la présence nocturne anormale ou gênante de lumière artificielle. Cette pollution fait partie de notre quotidien et est bien souvent oubliée. Elle n’est pourtant pas sans conséquences et regroupe des phénomènes différents aux conséquences très variées : économiques, humaines ainsi que sur les autres espèces vivantes.

Pour la faune et la flore, l’excès de lumière artificielle la nuit est problématique. D’une part il dégrade la qualité des habitats et, d’autre part, il perturbe les déplacements et est ainsi une source de fragmentation. Il a en outre des effets négatifs sur la santé des habitants et de la faune en général. Il est ainsi nécessaire d’intégrer les besoins d’obscurité au sein des trames vertes et bleues urbaines.

La Pollution Lumineuse en Occitanie

La Région Occitanie est une des plus attractives de l’hexagone. Il en résulte une hausse des infrastructures nécessaires au logement et au déplacement de ces nouveaux habitants et par la même occasion une pollution lumineuse qui s’accroit.

Conscient de cette problématique, de nombreux territoires se sont mobilisés pour réduire cette pollution lumineuse à leurs échelles (Parcs naturels régionaux, EPCI, communes…). Preuve de cet engagement, l’Occitanie abrite 2 des 3 réserves internationales de ciel étoilé reconnues en France (Pic du Midi de Bigorre et Cévennes).

Crédits : PIXABAY A.Werdan

Une étude pour quoi faire ?

Engagement inscrit dans la Stratégie régionale pour la Biodiversité (SrB), la région Occitanie souhaite en collaboration avec la DREAL Occitanie et l’ARB Occitanie capitaliser ces initiatives locales.

Cela passe en premier lieu par l’identification cartographique de la pollution lumineuse puis de la « trame noire » du territoire, c’est-à-dire d’un réseau écologique propice à la biodiversité nocturne, à préserver et conforter, et des points de cette trame à restaurer en priorité. Il s’agit ensuite d’établir un plan d’action permettant de mobiliser les acteurs du territoire (publics, privés, particuliers) pour protéger et restaurer cette trame.

L’expérience pilote des parcs naturels sur ce sujet est ainsi à diffuser et reproduire sur l’ensemble du territoire. Comme pour les autres trames, il est indispensable de conduire ce travail à la fois à l’échelle régionale et aux échelles locales. A l’échelle régionale, une cartographie régionale de la trame noire serait à réaliser, qui pourrait servir de support pour accompagner et inciter à sa déclinaison sur les territoires.

Pour cela la Région Occitanie s’est entourée de deux bureaux d’études La Telescop et DarkSkyLab. L’acquisition des données satellitaires mais aussi l’utilisation des données locales doivent permettre une cartographie de la pollution lumineuse à l’échelle régionale.

Première Région à s’engager dans l’identification d’une trame noire, l’Occitanie souhaite par ce biais sensibiliser et mobiliser les acteurs locaux dans la prise en compte des impacts de l’éclairage public tant sur la biodiversité que sur la santé humaine.

Les résultats de l’étude seront mis en ligne sur le site de la Région et accompagnés d’un guide méthodologique pour accompagner les territoires dans l’utilisation de ces informations à leur échelle.

Cette étude est également l’occasion d’engager une dynamique d’échange est de collaboration sur le sujet en Occitanie.

En savoir plus

Intéressé pour contribuer à cette dynamique ?
Faites-vous connaitre : biodiversite@laregion.fr