Les actus

Occitanum met le numérique au service de l’agriculture de demain

Le laboratoire d’usages Occitanum, présenté ce mardi 6 octobre, va accélérer la transition écologique de l’agriculture en Occitanie grâce aux outils numériques. La Région a accordé 1 M€ à ce projet coordonné par l’Inrae, pour placer l’Occitanie comme un leader de l’agriculture durable de demain.

 
Booster le maraîchage avec des robots, construire l’approvisionnement local via une logistique durable grâce au numérique, valoriser les systèmes d’élevage et améliorer le bien-être animal, mobiliser l’apiculture pour développer la biodiversité… Ces axes d’innovation figurent parmi les sept « Open Labs » [1] à l’œuvre dans le projet « Occitanum » (Occitanie agro-écologie numérique) présenté ce mardi 6 octobre.

Déployé sur 13 sites en région, Occitanum a pour objectifs d’accélérer la transition agroécologique, de mieux rétribuer les agriculteurs engagés dans de nouvelles pratiques et de mieux connecter les citoyens et les agriculteurs. Le consommateur et l’agriculteur participent aux tests grandeur nature et à la mise au point des outils numériques innovants, via une démarche participative d’innovation « living lab ».

La Région affecte 1 M€ au laboratoire d’innovation territoriale Occitanum, lauréat de l’appel à projets ‘Territoires d’innovation’ du Programme des Investissements d’avenir, relève Carole Delga. Ces financements vont soutenir fortement l’engagement d’hommes et de femmes inscrits dans une démarche d’agriculture durable.


Occitanum profite de l’implication de 46 partenaires, dont 8 fondateurs au rang desquels figurent la Région, l’Inrae, le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation, la Chambre d’Agriculture d’Occitanie, Draaf Occitanie, Coop de France, Montpellier SupAgro et les instituts techniques agricoles ACTA. Grâce à Occitanum, chercheurs, agriculteurs, entrepreneurs et collectivités ont 8 ans pour expérimenter, mettre en place et diffuser l’innovation.
 

L’agriculture est le premier secteur économique d’Occitanie, premier vignoble mondial sous appellation, deuxième région française en nombre d’exploitations et première en surfaces certifiées bio. Alors que la population est en demande d’une agriculture saine et locale, la Région accompagne le territoire vers l’alimentation de demain à travers le « Pacte régional pour une alimentation durable » adopté fin 2018.

[1Littéralement “laboratoires ouverts” qui fonctionnent sur le partage et la collaboration