AccueilJe m’informeLes actusDepuis Perpignan, tout le monde dit « LGV Occitanie Oui (...)

Depuis Perpignan, tout le monde dit « LGV Occitanie Oui ! »

À l’initiative de la Région, une nouvelle mobilisation citoyenne pour la réalisation des LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan a réuni plus de 500 décideurs et citoyens ce mercredi 29 novembre au Palais des Congrès de Perpignan. Un combat juste, mené pour l’équité des territoires et le développement d’une région au cœur de l’Europe du Sud-Ouest.

Selon un sondage publié par la presse quotidienne régionale, 88 % des habitants veulent voir les deux LGV devenir enfin une réalité.
Selon un sondage publié par la presse quotidienne régionale, 88 % des habitants veulent voir les deux LGV devenir enfin une réalité.
Crédits : Antoine Darnaud - Région Occitanie

« LGV Occitanie, je dis oui ! » Plusieurs centaines d’élus, d’entrepreneurs, d’associations d’utilisateurs des transports, de sportifs, artistes, étudiants, de simples citoyens et députés européens, ont affiché leur engagement résolu pour la réalisation des lignes à grande vitesse en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ce mercredi 29 novembre au Palais des Congrès de Perpignan. « Pour nous, pour les générations futures, il faut que la LGV soit là le plus rapidement possible », lance Gérard Bertrand, créateur du groupe viticole audois éponyme. « Pour les entreprises, pour les salariés, nous avons besoin de fluidité », renchérit Sophie Garcia, présidente du Medef Occitanie.

Cette bataille est juste, a réaffirmé la présidente de la Région Carole Delga
Cette bataille est juste, a réaffirmé la présidente de la Région Carole Delga
Crédits : Antoine Darnaud - Région Occitanie

Parce que la mobilité, le développement économique et l’emploi sont en jeu, la mobilisation n’a cessé de croître depuis le top départ donné le 4 octobre à Toulouse. Selon un sondage publié par la presse quotidienne régionale, 88 % des habitants veulent voir les deux lignes LGV devenir enfin une réalité. « Nous jouons tous dans la même équipe », se réjouit Fabrice Lorente, président de l’Université de Perpignan Via Domitia. Une «  unanimité » saluée par François Rivière, président de l’USAP, l’emblématique club de rugby catalan.

Cette bataille est juste, a réaffirmé la présidente de la Région Carole Delga. Nous sommes la seule région française écartée aujourd’hui de la LGV. Rien ne peut justifier qu’en 2017, une région de près de 6 millions d’habitants, la quatrième et la septième ville de France, soient mises à l’écart, que Perpignan et le territoire catalan soient à plus de 5 heures de Paris. C’est une question de justice territoriale. Nous voulons être au cœur de l’Europe du Sud-Ouest !
Pour faire avancer le dossier de la grande vitesse en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, promise depuis 30 ans par les gouvernements successifs, la Région a mis ces dernières années sur la table 550 M€, dont 400 M€ pour le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, qui sera inauguré le 18 décembre en présence de la ministre des Transports. Au cœur du combat collectif pour les LGV, la Région propose aujourd’hui un modèle financier innovant et crédible.


Après les Assises nationales de la mobilité qui se clôtureront en décembre, une « Loi d’orientation des mobilités » décisive sera présentée par le gouvernement au premier trimestre 2018. Comme l’a souligné Jean-Claude Gayssot, président de l’EPR Port Sud de France, « il faut continuer à pousser ! »