Toutes les aides

Le Pacte pour l’Embauche

40 solutions concrètes et opérationnelles, 50 partenaires publics et privés, des associations, des syndicats… mobilisés sur tout le territoire.
Pour résoudre les difficultés de recrutement, gagner la souveraineté économique et mettre en œuvre le Pacte Vert avec le monde du travail.

Le contexte social nous incite à aller plus loin et surtout à agir de façon concertée, collective et en proximité avec la réalité des bassins d’emplois. Les entreprises, les demandeurs d’emplois ont besoin de solutions opérationnelles et accessibles, avec une mobilisation de partenaires large, et sur l’ensemble des départements.

C’est le sens du Pacte pour l’Embauche que la Région, chef de file du développement économique, a pris l’initiative de coordonner avec 54 premiers partenaires.

En lien avec les 54 premiers partenaires, la Région a organisé ce Pacte autour des trois grands types de freins à l’embauche :

  • les freins externes à l’entreprise : accompagner les habitants d’Occitanie en recherche ou en reprise d’emploi,
  • les freins dans le parcours : encourager la confiance en soi et le savoir-être en entreprise,
  • les freins internes à l’entreprise : accompagner les entreprises d’Occitanie qui rencontrent des difficultés de recrutement

15 mesures phares sur 40 solutions proposées

Infographie Pacte pour l'Embauche

Le Pacte pour l’Embauche c’est 40 mesures avec 54 partenaires pour un engagement budgétaire régional de plus de 15 M d’euros en 2022. Parmi toutes les mesures, vous trouverez ci-dessous les 15 les plus structurantes.

Accompagner les habitants d’Occitanie en recherche ou en reprise d’emploi

Action 1 : Faciliter l’insertion des publics issus des quartiers prioritaires dans les métiers en tension (BTP, sanitaire et social, restauration…)

Les différents obstacles auxquels sont confrontés les habitants des quartiers prioritaires politique de la ville conduisent au constat d’un taux de chômage deux fois plus élevé et de conditions d’emploi plus précaires.

Avec ses partenaires la Région se mobilise avec 4 projets concrets :

« Un emploi en bas de chez moi »

Des grandes entreprises prérecrutent des demandeurs d’emplois directement dans les quartiers prioritaires. Conduite directement par la Région, cette action sera expérimentée dès le mois d’avril 2022 avec le groupe SNCF avec une campagne de recrutement à Toulouse, Montpellier, Nîmes, Narbonne, Rodez.

Les jeunes ou demandeurs d’emplois assisteront à une présentation d’une durée de 25 minutes du métier par quelqu’un qui l’exerce (pour la SNCF : contrôleur, conducteur de train, etc.). A l’issue, chacun pourra déposer une candidature et obtenir un entretien individuel immédiat avec un chargé de recrutement dans l’un des trois stands d’échange.

Cette action régionale sera aussi déployée prochainement avec la fédération des autocaristes, associée à une proposition de financement du permis D (transport de plus de 8 personnes) par la Région.

Projet Zest’, mise en situation de travail dans le BTP des publics éloignés de l’emploi

Le projet Zest’ vise la mise en situation de travail dans le BTP des publics éloignés de l’emploi et l’appui aux entreprises dans le cadre des marchés qui contiennent une clause sociale.

L’action vise à jouer sur les deux leviers pour favoriser les recrutements :

  • côté public : constitution d’un vivier de personnes éloignées de l’emploi en partenariat avec les associations intermédiaires (structures de l’IAE) et programme de montée en compétences (accompagnement socio-professionnel, levée des freins, validation du projet et formation courte).
  • côté entreprise : mise à disposition de personnel (mise en situation de travail) et mobilisation des clauses sociales (aide à la réponse aux marchés avec des clauses).

La démarche se structure sous la forme de parcours, échelonné en 3 étapes : constitution d’un vivier de candidats ; montée en compétences au travers de la formation et/ou de la mise en situation de travail ; accès à un emploi durable.

Ce projet sera expérimenté sur deux territoires (Haute Garonne et Aveyron)

« Des Etoiles et des Femmes »

Pour faciliter l’accès des femmes au secteur de la restauration avec l’association nationale de La Table de Cana.

Ce programme vise à faciliter l’accès des femmes, majoritairement issues des Quartiers politique de la ville (QPV), vers le secteur de la restauration (traiteur), avec formation professionnelle qualifiante, stage en alternance, coaching et accompagnement socio-professionnel. Les demandeurs d’emploi sont accompagnés pendant tout le parcours de recrutement.

Permettre le recrutement de femmes issues de quartiers prioritaires dans les métiers du secteur sanitaire et social grâce à des accompagnements sur mesure et à des immersions

Avec une dizaine de partenaires (IME, cliniques, EHPAD, SSIAD, les organismes de formation, la Métropole de Montpellier, l’Etat et la Fondation groupe EDF), cette action a pour objectif de remobiliser des femmes très éloignées de l’emploi, habitantes d’un quartier prioritaire de Montpellier et de permettre leur recrutement dans un établissement sanitaire et social.

Action 2 : 1 offre d’emploi sur un métier en tension = 1 solution logement garantie

La Région a travaillé un partenariat renforcé et consolidé avec Action Logement permettant de garantir une solution en matière d’hébergement à tout repreneur d’emploi qui en exprimerait le besoin.

L’objectif est de proposer aux entreprises en appui à une offre d’emploi, une aide à l’accès au logement ou une solution d’hébergement temporaire ou de logement pérenne.

Une réponse à tout besoin urgent pour une reprise de poste est mise en place via notamment un hébergement temporaire meublé en particulier pour les publics cibles saisonnier, jeune salarié, alternant…

Un accompagnement des salariés en mutation ou en accès à l’emploi est également prévu via une filiale d’Action Logement « Ma nouvelle Ville ».

De manière très concrète, dans le cadre du Pacte pour l’Embauche en Occitanie, Action Logement renforce son panel des aides locatives :

  • Aide Mobili-Jeunes : subvention permettant de prendre en charge une partie du loyer (entre 10€ et 100€ maximum) chaque mois et pendant 1 an. Elle s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans, en formation en alternance (sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation).
  • Garantie Visale : caution locative gratuite. Elle garantit le paiement du loyer et des charges locatives au propriétaire en cas de défaillance de paiement
  • Avance Loca-Pass : financement sous forme de prêt à taux 0% du dépôt de garantie
  • Mon Job / Mon Logement : aide gratuite de 1 000 € pour soutenir les salariés récemment entrés dans l’emploi et favoriser le rapprochement Emploi-Logement.
  • Aide Mobili-pass : financement (subvention et/ou prêt au taux de 1%) de certains frais liés à la mobilité géographique de salariés dans le cadre d’une embauche, une mutation ou un déménagement d’entreprise.

Enfin le dispositif « Corpoworking », une alternative au télétravail à domicile coconçue par les partenaires sociaux permet à un public éligible au télétravail de trouver un espace de travail à moins de 15mn de son lieu de résidence et de prendre un poste en levant le frein du déplacement pour tout ou partie de son temps de travail.

Action 3 : Offrir une solution d’hébergement aux salariés saisonniers

Mettre à disposition les internats des lycées gérés par la Région pendant les mois de juillet et août

L’objectif est d’offrir une solution d’hébergement aux salariés saisonniers en mettant à disposition les centres d’hébergement (Internats) gérés par la Région, vacants durant les périodes de vacances. A titre expérimental, il s’agit de travailler avec deux lycées expérimentateurs sur le littoral et en zone de montagne en capacité d’héberger des saisonniers durant la période estivale.

Pour ce faire la Région et l’établissement scolaire pourraient mettre à disposition les hébergements, les zones sanitaires et le réfectoire (hors cuisine).

Créer des logements saisonniers mutualisés dans les territoires en tension

Objectif : Financer les logements saisonniers mutualisés portés par les entreprises touristiques ou par des opérateurs publics notamment dans les territoires en tensions. Ces logements pourront être mutualisés entre plusieurs opérateurs touristiques sur un même territoire. Ils pourront accueillir au moins 5 saisonniers.

Action 4 : Elargir le dispositif régional d’aide à la mobilité des demandeurs et repreneurs d’emploi à de nouveaux publics et aux entreprises

Elargir le dispositif d’aides à la mobilité des demandeurs et repreneurs d’emploi co-construit par la Région et Pôle Emploi

Le dispositif d’Aide à la Mobilité des Demandeurs et Repreneurs d’Emploi a démarré en juillet 2021.

La prestation est déclinée en 3 volets : un diagnostic mobilité ; un « accompagnement coaching » afin de renforcer la connaissance et l’usage des moyens de mobilité existants sur le territoire et aider à mobiliser les aides correspondant à leurs besoins ; la mise à disposition ponctuelle de véhicules si aucune autre possibilité ne peut être trouvée à court terme pour répondre au besoin de mobilité lié à l’insertion professionnelle.

Création d’une offre de service mobilité à destination des entreprises pour les salariés nouvellement recrutés dans les filières en tension

L’action vise à développer une expérimentation sur l’aide à la mobilité non plus tournée uniquement vers les demandeurs et repreneurs d’emploi mais vers les entreprises et leurs salariés.

Il est proposé la création d’une plateforme de services « mobilité » mobilisable par les entreprises et les salariés sur un bassin d’emploi expérimental au travers de 3 prestations :

  • Mise à disposition d’un véhicule en urgence (sous 24h) pour les salariés, en particulier dans les secteurs et métiers en tension (santé, aide à domicile, BTP…).
  • Création d’un pack « Accueil nouveau salarié » (avec mise à disposition d’un véhicule pendant 6 mois et accompagnement de la famille), afin de faciliter le recrutement des entreprises et de les rendre attractives pour des cadres venus de l’extérieur.
  • Développer l’ingénierie mobilité pour les entreprises (accompagnement en lien avec la loi LOM, développement des PDE, du co-voiturage entreprise/autopartage…
Action 5 : Création d’une aide régionale à la garde d’enfant

En partenariat notamment avec les Départements, les EPCI et les villes, la Région souhaite agir auprès des parents de jeunes enfants qui peuvent rencontrer des difficultés pour concilier vie professionnelle et vie familiale et faire garder leur enfant.

Soutenir la création de places en crèches et/ou accompagner des initiatives locales dans les territoires déficitaires.

Il s’agit d’apporter un soutien financier à des structures ou partenaires institutionnels en s’appuyant sur les aides déjà existantes attribuées par la Région. Il est donc proposé d’adapter le dispositif régional en faveur de l’accueil de la petite enfance.

En complément, au-delà des structures publiques, il est proposé d’élargir l’aide de la Région aux structures associatives qui sont des opérateurs importants de la petite enfance dans nos territoires, permettant de compléter l’offre des collectivités locales.

Enfin, la Région portera une attention particulière aux quartiers urbains défavorisés, qui constituent des territoires à enjeux forts au regard du Pacte pour l’Embauche et concentrent des besoins spécifiques en matière de petite enfance.

Développer l’offre de garde d’enfants en soutenant la formation des professionnelles et professionnels

La crise sanitaire a révélé des besoins flagrants dans le secteur de la petite enfance notamment sur les métiers exercés en crèche ou à domicile. A titre d’exemple, les besoins sur la Haute-Garonne sont estimés à 300 postes. Les qualifications les plus demandées sont les suivantes : le CAP accompagnant éducatif petite enfance, la certification d’assistante maternelle, le diplôme d’auxiliaire de puériculture.

Cette offre de formation permet de répondre pour partie aux besoins de création d’emplois de garde d’enfants sur le territoire de l’Occitanie ; elle sera renforcée en 2022 pour répondre aux besoins non couverts.

Mettre en place une aide financière à la garde d’enfants pour les publics inscrits en formation ou les repreneurs d’emplois dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC) Etat-Région

L’aide financière versée aux parents demandeurs d’emploi, stagiaires de la formation professionnelle inscrits dans une formation du Programme Régional de Formation (PRF) ou aux repreneurs d’emploi serait complémentaire de l’aide versée par la Caisse d’Allocations familiales.

Action 6 : Expérimentation du Revenu Ecologique Jeune (REJ)

Encourager la confiance en soi et le savoir-être en entreprise

Action 7 : 1 000 coaching individuels de confiance en soi dans les bassins d’emplois industriels prioritaires

L’objectif est d’accompagner 1000 personnes éloignées de l’emploi vers des filières et des métiers en tension pendant 12 semaines à travers des coachings individuels par un coach professionnel certifié et des outils collaboratifs et des tests de personnalité.

Action 8 : Demander aux entreprises aidées par la Région d’accueillir en stage des jeunes, des apprentis ou des demandeurs d’emploi

Lors de la crise sanitaire, près de 80 000 aides ont été versées aux entreprises pour faire face à la baisse d’activité. La Région souhaite encourager ces entreprises à accueillir un jeune en stage, un apprenti, un demandeur d’emploi en période d’immersion ou encore permettre à leurs salariés volontaires de consacrer une heure par semaine à faire du tutorat auprès des demandeurs d’emplois ou de jeunes éloignés du monde du travail. Les entreprises qui s’engageront, pourront bénéficier, en fonction de leur mobilisation, d’une bonification sur les prochaines aides qu’elles solliciteront.

Action 9 : Favoriser le retour à l’emploi d’un public en situation de handicap

CHEOPS Occitanie, association créée en 2016, membre du Service Public Régional de l’Orientation, anime, fédère et représente les 13 associations Cap emploi déployées en région.

La Région Occitanie soutient CHEOPS dans son action pour faire évoluer les pratiques professionnelles dans les Lieux Uniques d’Accompagnement en développant l’expertise des conseillers Cap emploi sur la notion de « rétablissement » fondée sur l’approche suivante :

  • La majorité des personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi se retrouve dans cette situation à la suite d’une inaptitude au poste de travail précédemment tenu ; cette phase engendre une dégradation de l’estime de soi.
  • Le conseiller Cap emploi devra désormais concentrer son action sur :
    • La reconstruction avec le demandeur d’emploi d’un projet professionnel compatible avec le marché du travail et sa situation de santé
    • L’accompagnement au deuil de l’ancien métier pour permettre de se projeter dans un nouvel environnement professionnel

Le déploiement de ce nouveau mode d’accompagnement se fera après un module de formation (3 jours) déployé auprès des Conseillers Cap emploi tout au long de l’année 2022 et aussitôt réinvesti dans les pratiques professionnelles auprès des Demandeurs d’emploi en situation de handicap.

Accompagner les entreprises d’Occitanie

Action 10 : Créer un « pack recrutement TPE »

Un programme de découverte et d’infos métiers autour des métiers de l’artisanat

  • La déconstruction des stéréotypes et clichés sur des métiers encore fortement « sexués » : valorisation des artisans chefs d’entreprise d‘Occitanie, des hommes dans des métiers dits « féminins » et des femmes dans des métiers dit « masculins ».
  • Découverte des métiers de l’artisanat : un binôme composé d’un chef d’entreprise et d’un animateur expert métier, présente les métiers de bouche, de services et de fabrication, les filières de formation, et les possibilités d’insertion, à partir d’une présentation vidéo.

« Pack » recrutement TPE

Pour les entreprises qui ont déjà des salariés et ont des problématiques de développement/ maintien des salariés, recrutement. L’accompagnement peut se faire en 2 temps :

  • Audit réalisé par un agent départemental pour identifier le besoin, apporter un 1er degré de réponse, proposer un plan d’action.
  • Un suivi par un agent spécialisé– entretien avec le chef d’entreprise en entreprise pour le suivi du plan d’action.
Action 11 : Expérimenter des contrats de progrès sur la qualité de vie au travail avec les entreprises volontaires

Assurer une amélioration de la qualité de vie au travail (QVT) en permettant aux entreprises d’évaluer les conditions de travail dans l’entreprise

L’association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (ARACT) est une structure associative paritaire au service des entreprises, des salariés, et des partenaires sociaux régionaux. Elle conçoit et diffuse des méthodes et outils éprouvés sur le terrain dans un objectif partagé : concilier durablement qualité de vie au travail (QVT) et performance.

L’ARACT développera un outil d’autodiagnostic en ligne concernant la qualité de vie au travail dans les entreprises régionales et en fonction des résultats par entreprise proposera un accompagnement personnalisé.

Une expérimentation avec une grappe d’entreprises selon deux modalités est prévue :

  • Une grappe sur un secteur professionnel particulièrement concerné par les problématiques d’attractivité (exemple : tourisme, construction, médico-social, services à domicile) : action Collective Innovante et Apprenante (ACIA) pour modélisation d’un appui spécifique centré sur les sujets en lien avec l’attractivité du secteur.
  • Une grappe d’entreprises issues de plusieurs secteurs d’un même territoire (une vallée, un bassin d’emploi, un « pays », etc.) particulièrement concernés par les problématiques d’attractivité : action collective innovante et apprenante pour une modélisation d’un appui spécifique centré sur les sujets en lien avec l’attractivité du territoire.

Conditionner progressivement les aides économiques régionales à des résultats vertueux en matière de qualité de vie au travail (QVT) dans l’entreprise

L’objectif est de soutenir les entreprises qui améliorent les conditions de travail pour développer leur attractivité. Le Centre des jeunes dirigeants d’entreprises (CJD) propose notamment, à partir de l’identification de quelques métiers particulièrement en tension, à des entreprises adhérentes au CJD de participer à une expérimentation visant à proposer des salaires d’embauche au-delà de la grille existante, et/ou la semaine à 4 jours, voire un système de vacances « à la carte » selon les souhaits des collaborateurs.

Action 12 : Proposer la découverte en situation de travail des métiers agricoles pour faire naître les vocations

Le secteur de l’agriculture souffre d’un manque de main d’œuvre et de repreneurs d’exploitations. A cela s’ajoute des relations tendues avec la société civile sur des sujets comme l’utilisation de l’espace, l’impact environnemental des pratiques culturales, la gestion et l’utilisation de l’eau, etc…

Dans ce contexte, la Chambre régionale de l’agriculture (CRA) propose d’expérimenter un dispositif souple de découverte en situation de travail des métiers agricoles. L’objectif est à la fois de faire découvrir les métiers de l’agriculture, d’acquérir les premiers gestes professionnels indispensables au travail dans une exploitation agricole et de faire naître des vocations.

Ce dispositif comprendra plusieurs briques dont une phase de présentation des métiers de l’agriculture, un accompagnement à la définition du projet professionnel de la personne et une immersion dans une exploitation agricole par le biais d’un stage pratique.

Action 13 : « L’équipe d’Occitanie du BTP » : des talents pour construire beau et durable

Wordskills France (Olympiades des métiers) est la plus grande compétition internationale de la jeunesse et de la formation professionnelle : elle se déroule tous les deux ans, sur un même site, sous l’égide de l’association Worldskills International.

Elle permet à de jeunes professionnels (jusqu’à 23 ans) de démontrer leurs qualités techniques et leur passion pour leurs métiers, dans un contexte exigeant de compétition internationale.

Pour la 47ème édition des Olympiades des métiers, la FFB souhaite mettre en place une équipe de France BTP avec Christophe URIOS, ancien joueur du Castres Olympique comme coach. L’idée est de mettre un coup de projecteur sur l’excellence des métiers du BTP et les engagements des jeunes de moins de 23 ans du secteur. L’objectif est aussi d’élargir le sourcing des jeunes pour participer à cette compétition et d’impliquer le réseaux d’entreprises de la fédération du bâtiment..

Action 14 : Créer au moins 500 emplois d’ici 2025 sur les territoires en tension de recrutement avec la solution groupements d’employeurs (GE)

La région Occitanie soutient la mutualisation des emplois comme levier au service du développement de l’emploi durable, notamment dans les territoires éloignés des métropoles. Cet engagement se traduit d’une part dans le cadre d’une convention financière annuelle avec le centre de ressources des Groupements d’Employeurs d’Occitanie (CRGE), d’autre part par la création d’un dispositif spécifique d’aide directe au développement des GE qui figure dans l’offre de services RH à destination des entreprises.

Le soutien au CRGE

Le CRGE a pour missions de :

  • Promouvoir l’Outil GE ;
  • Faciliter l’accès des GE au dispositif d’aide directe mis en œuvre par la région Occitanie ;
  • Développer et professionnaliser des groupements d’Employeurs, notamment réaliser des études de faisabilité ;
  • Assurer une fonction Observatoire et une veille prospective.

Le dispositif d’aides directes aux GE dans le cadre de l’offre de services RH à destination des entreprises.

Le CRGE accompagne les porteurs de projets éligibles.

Dispositif en deux phases offrant un accompagnement à la création et au développement :

  • Phase 1 : soutien à la création durant les deux premières années d’existence (aide Plafonnée à 14 000 €) ;
  • Phase 2 : contribution au développement et à la pérennisation de GE de plus de 3 ans et de moins de 10 salariés (Aide plafonnée à 10 000€).

Dans le cadre du Pacte pour l’embauche le CRGE mobilise ses délégués territoriaux sur 7 départements (le 31, le 34, le 32, le 46, le 82, le 81, le 65) en partenariat avec les acteurs locaux du CRGE (partenaires sociaux, CCI, CMA, Ad’Occ, Maisons de Région, Leader, FACE, GEIQ, etc).

L’enjeu est de repérer sur le territoire comment les GE notamment multisectoriels peuvent amener des réponses sur les enjeux du Pacte grâce à l’emploi mutualisé et à l’élargissement du sourcing de candidats. Les GE associés à des groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), dont l’accompagnement social d’insertion permet d’aborder les problèmes connexes à l’embauche seront particulièrement mobilisés pour l’ouverture du sourcing.

Action 15 : Booster le dispositif « Passerelles industrie » développé pendant la crise sanitaire pour positionner 5000 demandeurs d’emplois sur les métiers en tension de l’industrie.

Passerelles industrie crée des passerelles avec les industries en pénurie de compétences, au sein des 10 branches professionnelles de l’industrie et de la chimie.

Poursuite de l’activité démarrée en 2020

  • En utilisant la profilthèque disponible sur le HUB « l’industrie recrute », job board mutualisé au profit des différentes filières. Les consultants font un travail de recherche de profils, d’analyse « compétences-motivation » de 1er niveau avant de les proposer aux entreprises ;
  • En échangeant avec les organismes de formation : les consultants identifient avec les OF les apprenants à potentiel qui sont en fin de parcours (y compris PRF) afin de les capter rapidement et les proposer aux industriels ;
  • En utilisant le lien de confiance tissé avec les entreprises.

Agir en faveur de l’attractivité des métiers de l’industrie : 2 actions

  • Participation aux 3 jours du salon SIANE avec la création d’un village démonstratif industriel de 350 m².
  • Expérimentation d’un parcours industriel polyvalent testé sur 2 territoires (acteurs Entreprises/Branches/demandeurs d’emploi/ CFA) avec 6 branches industrielles.

Expérimentation renforcée sur le bassin de la Mecanic Vallée

L’opérateur de compétences des entreprises de proximité (OPCO EP) a réalisé une cartographie des compétences sur plusieurs métiers, recensé les besoins de recrutement (en tension) d’entreprises (ex : services à la personne, froid et connexe) dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale (GPECT) du Territoire d’industries Mecanic Vallée (Lot et Aveyron) et souhaite en 2022 :

  • favoriser des reconversions/ des passerelles de profils vers ces métiers ;
  • revenir vers les entreprises pour les inciter à recruter différemment (les inciter à envisager des profils différents, en leur faisant comprendre les adéquations entre les différents profils), les amener à élargir leur spectre de recrutement ;
  • faire bénéficier de cette cartographie les acteurs de l’emploi du territoire, les acteurs du « sourcing ».

L’objectif est d’offrir un accompagnement opérationnel des entreprises dans le repérage de compétences disponibles en proximité et transférables à ses besoins :

  • Travail sur des métiers en tension : machinisme agricole, chaine du froid, services à la personne, etc.
  • Proposition de « passerelles » entre des profils que ni les recruteurs ni les acteurs de l’emploi n’envisagent « à priori ».

Les autres mesures du Pacte pour l’Embauche

Au-delà de ces quinze actions phares, d’autres leviers peuvent être actionnés pour résoudre les problématiques liées à l’emploi. Vous trouverez ci-dessous les autres solutions avancées par le Pacte pour l’Embauche.

Actions 16 à 40
  • Action 16 : 400 Parcours Team Emploi pour les habitants des quartiers prioritaires de Toulouse Métropole
  • Action 17 : Médiation numérique pour lutter contre les situations d’illectronisme dans les quartiers prioritaires.
  • Action 18 : Création d’une entreprise à but d’emplois dans le cadre de Territoire Zero chômeurs de longue durée
  • Action 19 : « NEOCCITANS », pour développer les capacités d’intégration professionnelle des primoarrivants
  • Action 20 : Accompagner le recrutement des personnes très éloignées de l’emploi par le développement du parrainage d’entreprise
  • Action 21 : Permettre aux personnes de s’intégrer en confiance dans l’entreprise avec le développement des habiletés sociales.
  • Action 22 : Un partenariat renforcé entre la Région et l’AGEPHIP pour étendre et mieux faire connaître les aides économiques pour l’insertion dans l’emploi des personnes en situation de handicap
  • Action 23 : Aider les TPE - PME dans la rédaction de leurs offres d’emplois et la mise en valeur de leur marque employeur
  • Action 24 : Accompagner 2000 recrutements dans les TPE
  • Action 25 : Accompagner les entreprises dans leur démarche de recrutement, en boostant leur marque employeur
  • Action 26 : Le dispositif Mode d’emploi, pour accompagner les dirigeants d’entreprise dans leurs besoins de recrutement
  • Action 27 : Renforcer le partenariat Région – APEC pour faciliter le recrutement de cadres
  • Action 28 : Attirer de nouveaux talents dans la filière du numérique
  • Action 29 : Construire un parcours sur les transformations numériques et écologiques pour 20 métiers dans l’artisanat, l’alimentation, le bâtiment, la mécanique automobile, la réparation et le réemploi
  • Action 30 : Valoriser les métiers en tension dans les secteurs de la propreté, du bâtiment et des travaux publics, de l’agriculture, du commerce et du sanitaire et social
  • Action 31 : Promouvoir les métiers de l’éducation populaire et de l’animation
  • Action 32 : Numéric’Emploi rapprocher l’offre et la demande d’emploi dans le secteur du numérique
  • Action 33 : Orienter directement vers des solutions d’emplois les publics des quartiers populaires du bassin montpelliérain
  • Action 34 : Rapprocher l’offre et la demande d’emploi dans les métiers du BTP : portail unique, CVthèque et ateliers destinés aux chefs d’entreprise
  • Action 35 : Mieux utiliser la valorisation des acquis de l’expérience (VAE) pour améliorer l’employabilité et la certification sur les métiers en tension
  • Action 36 : Adapter le prochain PRF (programme régional des formations) pour cibler davantage les métiers en tension et les métiers liés au Pacte Vert, augmenter les formations courtes et en situation de travail
  • Action 37 : Construire un dispositif sur-mesure de formations pour les besoins prioritaires des entreprises de l’artisanat
  • Action 38 : Mobiliser 100 chefs d’entreprises artisanales volontaires pour accueillir 100 jeunes à partir de 14 ans par département
  • Action 39 : Plan régional de réduction des tensions sur le métier de conducteur de car scolaire
  • Action 40 : Elargir les horizons des candidats et recruteurs et rapprocher compétences détenues et métiers possibles

Appelez le 0800 00 70 70 (numéro gratuit) pour vous informer et être mis en relation avec un partenaire du Pacte pour l’embauche [1].

[1Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h