Tous les appels à projets

Le prix Occitanie - Médicis

Présentation

Villa Médicis - Crédits : Assaf Shoshan
Villa Médicis - Crédits : Assaf Shoshan

Vous êtes artiste plasticien·ne ou visuel·lle : la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis a créé pour vous un prix prestigieux pour vous accueillir en résidence à Rome et promouvoir votre talent.

Ce prix créé en 2018 consacré à la jeune création a pour objectif de découvrir, promouvoir et soutenir les talents émergents d’Occitanie sur la scène internationale grâce à une étroite collaboration avec l’Académie de France à Rome – Villa Médicis reconnue tant pour son rayonnement que pour la qualité de sa programmation.

Il est de nouveau ouvert en 2020 aux artistes plasticiens et visuels.

La sélection s’opèrera sur dossier de candidature et sur audition de candidats présélectionnés sur dossier qui exposeront chacun leur projet à concourir en juin devant un jury composé de représentants de la Région, du directeur de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis et d’artistes et experts associés.

Bénéfices et gains

Le lauréat du concours bénéficiera :

  • d’une résidence de trois mois à la Villa Médicis de septembre / octobre 2020 à novembre / décembre 2020
  • d’un prix de la Région Occitanie de 6 000 €
  • de la prise en charge par la Région Occitanie de son hébergement à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

Un prix « coup de cœur » pourra également être proposé par le jury qui permettra à un(e) autre artiste de bénéficier d’une résidence gracieuse à la Villa pour une durée de 1 mois et qui pourra se voir attribuer une bourse de 2000 € par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Pour postuler

  • Être un·e artiste professionnel·le dans le domaine des arts plastiques et visuels,
  • Être assujetti ou affilié à la maison des artistes (ou à l’AGESSA) ou bénéficier d’un code APE relevant du champ des arts plastiques ou bien être titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur en arts plastiques ou visuels,
  • Résider en Occitanie ou avoir un lien avec la Région (naissance, formation).
Antoine, Renard, lauréat de l'édition 2019 <br> Geometries of -l-o-v-e exhibition view at Very 2019
Antoine, Renard, lauréat de l’édition 2019
Geometries of -l-o-v-e exhibition view at Very 2019
Crédits : Antoine Renard
Nissrine Seffar : lauréate du prix « coup de cœur » "Guernica Huella" peintre et pigments acryliques - Crédits : Nissrine Seffar
Nissrine Seffar : lauréate du prix « coup de cœur » "Guernica Huella" peintre et pigments acryliques - Crédits : Nissrine Seffar

Les candidatures

La date limite d’envoi des candidatures est fixée au 3 mai 2020 à 18h (cachet de la poste faisant foi). Le dossier devra parvenir en version papier OU numérique.

Dossier à transmettre via le formulaire en bas de cette page ou par courrier

Dossier papier à envoyer à l’attention de :

Carole DELGA, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
Hôte de Région
201 avenue de la Pompignane
34064 MONTPELLIER

Contact : Catherine Fougère : catherine.fougere@laregion.fr

Calendrier 2020

  • 03 mai : date limite de dépôt des candidatures
  • Juin : jury de sélection et audition des candidats
  • Juillet : proclamation officielle des résultats et attribution d’une bourse au Lauréat par la Région
    septembre/octobre à novembre/décembre : accueil en résidence par l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

Contenu du dossier numérique et papier

  • Le formulaire de candidature téléchargeable sur le site internet de la Région
  • Une attestation d’affiliation ou d’assujettissement à la maison des artistes ou à l’AGESSA ou bien une copie du diplôme de l’enseignement supérieur en arts plastiques et visuels
  • Un dossier d’artiste comprenant : une présentation du parcours et de la démarche artistique, des visuels des œuvres réalisées, un curriculum vitae.
  • Un descriptif de votre projet de résidence portant sur les objectifs, les suites envisagées et les motivations relatives à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis
  • L’artiste pourra joindre tout autre document qu’il jugera utile pour présenter son travail
  • Le règlement ci-joint dûment signé et complété de la mention « bon pour accord »
  • Copie recto-verso d’une carte d’identité ou d’un passeport
  • Un relevé d’identité bancaire
  • Une attestation SIRENE mentionnant un code APE relevant du champ des arts plastiques

Le mot de la Présidente

La 3e édition du « Prix Occitanie Médicis » confirme les liens solides tissés entre la Région Occitanie et l’Académie de France à Rome – Villa Médicis. Ce partenariat jusqu’alors inédit entre une collectivité et la prestigieuse institution témoigne de priorités partagées autour de la jeune création française en arts visuels et plastiques.

Le prix Occitanie Médicis attire chaque année de nombreuses candidatures d’artistes dont les modes et supports d’expression, les inspirations contrastées et l’interprétation de notre monde reflètent l’extraordinaire vivier créatif de notre grande région. Cette richesse est un atout pour renforcer notre rayonnement culturel et faire de nos artistes des ambassadeurs d’exception. Nous avons à cœur de les accompagner dans leur réussite en leur offrant une expérience exceptionnelle de mobilité. Cette année encore, les lauréats du prix du jury et du prix Coup de cœur bénéficieront d’une résidence à la Villa Médicis et d’une bourse attribuée par la Région. Le prix du jury sera également exposé dans l’un des sites de la Région. C’est actuellement le cas d’Abdelkader Benchamma, premier lauréat du prix en 2018, exposé au Musée régional d’Art Contemporain de Sérignan jusqu’au 24 mai.

A la Région, nous avons engagé une politique culturelle globale qui établit des ponts entre aide à la création, soutien à la diffusion et développement de l’éducation artistique. Le partenariat avec l’Académie de France à Rome – Villa Médicis y a naturellement une place de choix et sera pour les lauréats 2020, j’en suis convaincue, le tremplin dont rêvent tous nos jeunes artistes régionaux.

Carole DELGA
Présidente de la Région Occitanie

Retour sur les éditions précédentes

Exposition Fata Bromosa consacrée à Abdelkader Benchamma au MRAC à Sérignan - Crédit photo : Aurélien Mole
Exposition Fata Bromosa consacrée à Abdelkader Benchamma au MRAC à Sérignan - Crédit photo : Aurélien Mole

Pour sa première exposition personnelle dans un musée français,
Abdelkader Benchamma investit trois salles du Mrac Occitanie dans une installation immersive qui opère un réseau d’échos et de résonances avec sa résidence à la Villa Médicis, réalisée à l’automne 2018 dans le cadre du premier Prix Occitanie – Médicis*.

Un partenariat inédit pour un Prix exceptionnel

  • Une « première » pour l’Académie de France à Rome qui conclut son premier partenariat avec une collectivité territoriale (conception du Prix, organisation, communication, sélection des candidats, accueil en résidence du lauréat)
  • le prix co-organisé par les deux partenaires Région Occitanie/Académie de France à Rome – Villa Médicis s’inscrit dans une dynamique globale d’accompagnement à l’international des artiste dits « émergents » avec, pour le lauréat :
    • un accueil dès septembre de trois mois à Rome en atelier logement à la Villa avec possibilité de participer à la dynamique culturelle du lieu (cf. participation éventuelle à la programmation des « jeudis de la Villa ») ;
    • une bourse de création de 6000 € attribuée par la Région Occitanie ;
    • un suivi en 2021 avec l’organisation pour le pensionnaire d’une exposition au Centre Régional d’Art Contemporain de Sète

Un véritable succès

Pour l’édition 2019, 93 candidatures ont été reçues, témoignant de la richesse culturelle et artistique de l’Occitanie. À la suite d’une
pré-sélection, 8 candidats, dont 5 femmes, ont présenté, le 19 juin, leur projet devant le jury composé d’artistes et de professionnels du milieu artistique.

Un jury international

  • Madame Dominique Salomon, Vice-Présidente en charge de la Culture, du Patrimoine et des Langues Régionales
  • Monsieur Stéphane Gaillard, Directeur par intérim de l’Académie de France à Rome ;
  • Madame Alexandra Baudelot, commissaire indépendante
  • Madame Céline Poulin, Directrice du Centre d’art contemporain de Brétigny sur Orge
  • Monsieur Christophe Berdaguer, artiste originaire de la région Occitanie et ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome
  • Monsieur Jérôme Delormas, Directeur de l’ISDAT de Toulouse.

L’organisation exceptionnelle d’un prix « coup de cœur »

La qualité des propositions présentées au jury 2019 ont amené ce dernier à reconduire à la Région Occitanie l’accueil à la Villa d’un pensionnaire supplémentaire, le lauréat d’un prix « coup de cœur » qui a été proposé pour une résidence d’un mois à la Villa avec une bourse de 2000€ offerte par la Région Occitanie.

Les lauréats choisis pour l’année 2019

Présentation lauréat 2019 : Antoine Renard

Antoine Renard est diplômé de l’École Nationale Supérieur d’Arts de Dijon depuis 2008, suite à quoi il s’est installé à Berlin en 2009 jusqu’à Mars 2017, date de son retour en France, il travaille depuis dans la région de Lourdes et Paris (en résidence à la cité internationale des arts de Paris d’ avril à Septembre 2019) et au Pérou où il séjourne actuellement.

Dans sa pratique artistique, il se concentre sur un travail de sculpture et d’installation en s’intéressant à des phénomènes naturel et artificiel. Il s’intéresse à l’inconscient collectif, en particulier aux champs liés à l’intériorité et au refoulement, utilisant notamment la métaphore du souterrain.
L’esthétique qu’il développe s’apparente à une forme de cartographie évolutive tridimensionnelle, à la fois interne et externe, issue de faits divers qui mettent en doute le rapport au monde et le pousse à se questionner sur le fonctionnement des corps et de son corps en particulier.

Son projet de résidence s’est construit à partir d’un séjour d’étude de deux mois dans un centre de traitement de jeunes toxicomanes en Amazonie Péruvienne fin 2018 où il a observé l’importance des parfums dans la médecine traditionnelle amazonienne et le rôle des odeurs dans le processus de guérison des patients.
Il observe que l’odorat tient une place centrale dans la construction psychique et dans l’élaboration du sentiment d’identité. Il comprend l’odeur comme un matériau de construction servant à l’édification de l’architecture humaine.

En se servant de l’analogie odeur - architecture il souhaite travailler sur une série de sculptures, de parfums et de dessins explorant la notion d’identité individuelle et collective en se focalisant sur les mythologies, les cultes et l’héritage historique et folklorique de Rome et de la méditerranée, en particulier à l’odeur de sainteté du Vatican et de la tradition du baume enivrant dans la Rome antique, ceci mélangé aux odeurs contemporaines liés au tourisme présent dans la ville.

Interview d’Antoine Renard
Lors de la résidence d'Antoine Renard
Lors de la résidence d’Antoine Renard
  • Comment avez-vous développé votre projet pendant vos trois mois de résidence à la Villa Médicis ?

J’ai travaillé sur différent niveaux, d’une part dans l’enceinte de la villa, en me concentrant sur les jardins et le bosco, avec l’aide de Françoise Laurent et Gerardo Fernandez, respectivement Architecte et Jardinier en chef de la Villa Médicis. J’ai pu explorer l’histoire longue et plus récente des jardins, leur rôle dans la construction de l’identité du lieu et leur place dans la culture romaine et occidentale, de la renaissance à nos jours.

Dans un second temps, j’ai arpenté la ville, prélevé des échantillons de plantes et de parfums, exploré les temples, ruines et églises, documenté des messes, visité les parfumeries et les pharmacies, entre autre celle de Vatican City où j’ai pu m’entretenir avec le manager. Ce travail de déambulation est étroitement lié à l’architecture de Rome et de ses édifices sacrés, des odeurs qui accompagnent les rites. J’ai donc pu faire des parallèles entre les parfums et l’architecture, le parfum des lieux, les lieux du parfum, et leur importance dans la construction psychique humaine.

Ce qui m’a amené à sortir de Rome pour visiter d’autres sites, les jardins botaniques de Pise, la basilique de Padoue, les ossuaires de Naples, ou le sanctuaire du Padre Pio à San Giovanni Rotondo (Padre Pio est célèbre pour être mort en odeur de sainteté, le mystère du parfum y est omniprésent, qui se juxtapose avec l’hôpital ultra moderne qu’a fait construire Pio)

J’ai aussi beaucoup lu sur la mythologie des odeurs, dans le monde Antique et Chrétien du moyen âge.

J’ai pu développer mes recherches sur le parfum dans les rites en triangulation entre plantes, architecture et corps, toujours central dans cette étude.

  • Votre projet a-t-il évolué au fil de vos recherches et rencontres sur place ?

Oui et non. La recherche s’est construite de manière empirique, chaque nouvelle rencontre, lecture et visite venant enrichir ma vision et diriger mes décisions, surtout dans les transcriptions plastiques de mes études, qu’il s’agisse de dessin, prise de son et vidéo, ou manipulations d’odeurs à proprement parler.
Mais le cœur du projet n’a pas changé. Mon intuition de départ (le projet présenté au jury) s’est révélé être parfait pour le contexte de Rome et de la villa, beaucoup plus que ce que j’avais imaginé à vrai dire. Je vais d’ailleurs continuer la recherche à Rome et en Italie car le contexte est tellement riche que trois mois sont vite passés. Cela a cependant servi à créer des contacts forts et ciblés, en vue d’un développement à mon retour du Pérou (en vue de la production d’une vidéo sur la pratique de l’encens pendant la liturgie).

  • Quels sont les aspects les plus positifs que vous retenez de cette résidence ?

Le contexte incroyable de la villa ainsi que la possibilité de développer une recherche sans les contraintes habituelles.

  • Comment envisagez-vous la suite de la résidence ?

Je commence une nouvelle phase du projet, en Amazonie péruvienne cette foi, et de retour en Europe en mai je me concentrerai à la production du corps d’œuvres pour l’exposition au CRAC. J’ai déjà planifié un séjour à Padoue en juin pour filmer une messe ainsi qu’un autre séjour dans la région de Florence et Rome à la rentrée 2020 pour approfondir certains points.

Présentation « coup de cœur » 2019 : Nissrine Seffar

Nissrine Seffar a suivi une formation dessin sur verre/ maître verrier entre 2003 et 2005. Entre 2006 et 2008 elle suit des cours d’art et d’infographie à Com Sup, l’école supérieure de la communication et de la publicité à Casablanca. En 2011, elle arrive en France pour compléter sa formation artistique à l’École des Beaux-Arts de Sète où elle réside actuellement. Elle a recourt principalement à la peinture mais également aux volumes, à l’installation, la vidéo et la photographie. Elle inscrit son travail dans la problématique de l’empreinte à la fois comme indice et comme processus artistique, une approche d’actualité qui correspondant aussi à cette nécessité de faire le lien mémoriel entre évènements passés et contemporains. Ses tableaux reposent sur une empreinte qu’elle extrait d’un lieu chargé d’histoire.

À travers une installation de 23 canons, chaque canons portera un nom d’un pays méditerranéenne, posés à même le sol, Nissrine veut rappeler le rôle déterminant de l’histoire de l’ancienne Rome qui est étroitement liée à son histoire militaire, l’empire englobait sur sa fin une partie importante du bassin méditerranéenne en évoquant une partie de l’histoire qui s’est joué et qui continue à se jouer d’une rive à l’autre de la Méditerranée, celle de la construction des États et des identités, celle des définitions de l’ami et de l’ennemi. Chaque « canon » aura à chacune de ses extrémités, un volume d’une forme organique ambivalente, à la fois liée à la flore marine de type éponge mais aussi à la flore intestinale et aux viscères d’animaux en lien direct avec les effets guerriers du canon. Ces volumes seront réalisés en moulage de béton de ciment avec des matériaux de construction comme l’aluminium et le cuivre.

Au-delà de l’aspect sculptural de ces 23 « canons », elle souhaite intégrer une installation sonore, un enregistrement des vagues de la mer méditerranéenne autour de l’Occitanie qui tourne en boucle, comme une sorte de murmure, une communion, un passage, un chuchotement d’Ulysse et un message de paix.

Formulaire de candidature

Informations personnelles
Pièces à joindre au dossier

L’ensemble des documents listés ci-dessous sont obligatoires pour que votre candidature soit prise en compte.

  • Attestation d’assujettissement ou d’affiliation à la maison des artistes (ou à l’AGESSA) ou copie du diplôme de l’enseignement supérieur en arts plastiques ou visuels
  • Présentation du parcours et de la démarche artistique, des visuels des œuvres
  • CV
  • Descriptif de votre projet de résidence portant sur les objectifs, les suites envisagées et les motivations relatives à la Villa Médicis
  • Règlement signé
  • Copie recto-verso d’une carte d’identité ou d’un passeport
  • Relevé d’identité bancaire

Vous pouvez déposer votre dossier pièce par pièce ci-dessous. Attention, chaque pièce ne doit pas dépasser 10 Mo.
Si votre dossier est trop volumineux, vous avez la possibilité de tout déposer en archive (.zip, .rar) sur une plateforme de transfert type framadrop.org et d'indiquer le lien ci-dessous.


Lien de téléchargement pour dossier volumineux :