Les actus

Une saison touristique sauvée, la mobilisation se poursuit

Montagne et campagne : ces territoires ont tiré leur épingle du jeu cet été. La situation est plus compliquée dans les métropoles, pour les stations thermales, les acteurs culturels et à Lourdes.

Illustration newsletter éco bilan touristique

Un ouf de soulagement, mais une mobilisation à poursuivre. C’est les deux sentiments dominants, pour la Région et les professionnels du tourisme, alors que la saison touristique estivale s’achève. « Les clientèles françaises et de proximité compensent presque la baisse de fréquentation des étrangers », relève, le 9 septembre, Jean Pinard, directeur du Comité régional du Tourisme Occitanie (CRTO). La fréquentation du mois d’août est jugée équivalente ou supérieure par 70 % des prestataires interrogés (3.300 répondants, dont 2.147 pour le secteur de l’hébergement). Les mesures mises en place par la Région ont boosté le tourisme intérieur, encourageant les habitants de l’Occitanie à découvrir leur propre territoire, à des prix modiques. On peut notamment citer la carte Occ’ygène, les billets Lio à petits prix ou les billets de train à 1€.

Les univers "campagne" et "montagne" tirent leur épingle du jeu. « Les visiteurs ont voulu renouer avec les grands espaces, réputés plus sûrs sur le plan sanitaire », observe Jean Pinard. Le bilan est plus maussade pour les métropoles de Toulouse (fréquentation en baisse pour 70 % des répondants) et Montpellier (41 %), ainsi qu’à Lourdes (76 %). « La ville de Lourdes paye un lourd tribut dans cette saison touristique si particulière, enchaîne-t-il. Un plan a été conçu pour gérer l’urgence, mais il faut aussi un plan de secours plus durable pour ce haut lieu de la spiritualité, 2e ville hôtelière française. » Les deux métropoles régionales pâtissent de l’arrêt du tourisme d’affaires, et de leur densité de population peu compatible au contexte sanitaire. Autres secteurs en souffrance, les stations thermales (« nous serons à leur chevet, aux côtés de la Banque des Territoires », souligne le président du CRTO), le tourisme social et solidaire et le milieu culturel et événementiel, touché de plein fouet par l’annulation des festivals. « Le secteur est mis à mal, nous en mesurons difficilement encore la portée aujourd’hui », confie le vice-président de la Région Occitanie chargé du Tourisme et du Thermalisme. Le littoral dresse, lui, un bilan mitigé. Si la mer reste un atout maître, « au-delà de la crise du Covid, les épisodes caniculaires devenus habituels impactent aussi le choix des destinations au bénéfice de territoires moins denses et moins sensibles aux fortes chaleurs », projette-t-il.

La Région a soutenu près de 2.600 entreprises du tourisme, pour un montant total de 6,4 M€.

Un fort soutien aux professionnels. Ces derniers ont su s’adapter face au contexte exceptionnel, faisant preuve par exemple de souplesse dans les systèmes de réservation. D’autant plus que la clientèle française, ultra-dominante cet été, se caractérise par des réservations effectuées de plus en plus à la dernière minute, sur des séjours de plus en plus courts. Après un confinement qui a mis sous cloche la période printanière, la filière a fait l’objet de plusieurs mesures de soutien. En complément du Fonds national de solidarité, la Région Occitanie a adopté son propre fonds de solidarité, afin, dans un premier temps, de compléter l’aide de l’État par un soutien à la trésorerie dès 40 % de perte de chiffre d’affaires. Ce fonds a ensuite été adapté en une aide directe de 1.000 à 4.000 €, en fonction de la taille de la structure, s’adressant aux indépendants jusqu’aux entreprises de 50 salariés. L’aide directe à l’investissement du fonds L’Occal est étendue à toutes dépenses liées à la relance, et non aux seuls investissements sanitaires. Dans le cadre du plan de relance régional, voté en juillet, de nouveaux Pass et Contrats « Relance » vont permettre de soutenir les projets des acteurs du tourisme. Le Pass soutient les dépenses des projets d’investissement à hauteur de 50 %, voire à 70 % concernant l’innovation et le tourisme d’affaires, avec un plafond fixé à 60.000 euros de subvention. Le Contrat prend en charge 45 % de la dépense éligible, pour un montant de 200.000 € en subvention et de 500.000 € pour les avances remboursables. 92 dossiers de Contrats Relance et 34 dossiers Pass sont en cours d’instruction, pour un financement cumulé respectif de 13,2 M€ et 1 M€. Enfin, lancé depuis juillet 2019, le Fonds Tourisme sera réajusté. De 101 M€, il devrait être abondé à 112 M€.

Face à l’incertitude sanitaire, poursuivre l’effort

La campagne du CRTO, diffusée du 24 août au 6 septembre, a enregistré plus de 1,3 million de vues. « Nous entamons une 2e phase, pour séduire les clientèles qui ont l’habitude de prendre leurs vacances après les congés scolaires », précise le président du CRTO. Lors de cette saison estivale, « beaucoup de touristes ont découvert la région Occitanie. Il y a un vrai travail de fidélisation à faire, en expliquant que l’Occitanie est un vaste territoire, avec beaucoup de choix ! » Un point de vigilance pour l’hiver à venir : l’offensive attendue des stations de ski espagnoles. « C’est une crainte des stations pyrénéennes. Nous ferons un effort sur la clientèle régionale », selon Jean Pinard, directeur du CRTO.

Le tourisme, un secteur économique de poids

L’Occitanie est la 4e région touristique au niveau national, et la 1ère région pour la fréquentation touristique française. Avec une manne de 15,9 Md€, le tourisme représente 10 % de son PIB, et pèse 100.000 emplois. L’Occitanie compte 3,3 millions de lits, et représente 26,3 millions de nuitées en hôtellerie de plein air (1er rang national). Avec environ 183.000 curistes (un tiers du marché national), le territoire est la première destination thermale de France

Téléchargements

Les visages de l'économie n°6
PDF - 6.6 Mo