Les actus

Plan Littoral 21 : au Grau-du-Roi, nature et patrimoine reprennent leurs droits

La renaturation du site de l’ancien Hôpital du Grau-du-Roi et la restauration du Phare de l’Espiguette font partie des 550 projets accompagnés par le Plan Littoral 21 depuis 2017. Deux exemples emblématiques de valorisation du littoral sur notre territoire.

Engagé par la Région dès 2016, le Plan Littoral 21 a vocation à aménager durablement le littoral de demain tout en préservant l’environnement. Doté d’un milliard d’euros sur la période 2017-2020, il a permis de soutenir plus de 550 projets, avec des financements conjoints de la Région, de l’État, des collectivités ou encore de l’Europe.

« Ce Plan a beaucoup apporté en termes d’accompagnement et de financement pour les villes du littoral en Occitanie, relate Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi. Nous arrivions à une période où il fallait une dynamique pour ce littoral, qui attendait un nouvel élan après la mission Racine [1] dans les années 60. »

Un ancien hôpital redonné à la nature et au public

La nature a repris ses droits sur 7 hectares au Grau-du-Roi.
La nature a repris ses droits sur 7 hectares au Grau-du-Roi.

Ce nouvel élan est donné en 2017, lorsque la commune du Grau du Roi entame un projet d’aménagement du site désaffecté du Sanatorium maritime, centre hospitalier hélio-marin ouvert en 1933. Situé entre La Grande-Motte et Le Grau-du-Roi, il était fermé au public depuis 2012. Déconstruction de plus de 11 000 m2 de bâtiments et voirie, désamiantage et dépollution des sols… En un an et demi, Le Grau du Roi, soutenu par le Plan Littoral 21, donne un nouveau souffle à ce terrain de 7 hectares. Un seul bâtiment a été restauré. Il reçoit à présent l’Institut Gladys de l’université de Montpellier [2], groupe de recherche sur le littoral.

L'ancien site désaffecté du Sanatorium maritime a été aménagé afin de profiter de la nature environnante.
L’ancien site désaffecté du Sanatorium maritime a été aménagé afin de profiter de la nature environnante.

Rouvert au public en janvier 2020, le site dévoile par ailleurs un écoparc avec jardins à thème, liaison piétonne vers la plage, aire de stationnement, espace détente, et place aménagée pour admirer un bas-relief illustrant le passé du lieu, œuvre de l’artiste Jean-Charles Lallement en 1958. « Le site accueille désormais des représentations théâtrales en période estivale », se félicite Robert Crauste. Une reconstitution du cordon dunaire, grâce au sable venant de Port-Camargue, permet de protéger le trait de côte contre la submersion marine. Le projet représente un montant total de 2,9 millions d’euros, financé par la Région (384 000 €), l’État (768 000 €), le FEDER [3] (896 000 €) et la commune (825 000 €).

Témoignage

C’était un projet lourd pour la commune, avec de la démolition et 7 hectares et demi en bord de mer à réinvestir… L’intervention du Plan Littoral 21 a contribué au plan de financement et a rendu les choses possibles, pour concilier la résilience écologique et le développement économique.

Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi

Le phare de l’Espiguette au service du patrimoine maritime

Fin octobre 2022, les visiteurs pourront découvrir le phare de l'Espiguette entièrement restauré.
Fin octobre 2022, les visiteurs pourront découvrir le phare de l’Espiguette entièrement restauré.

Élément emblématique du patrimoine maritime régional, le phare de l’Espiguette, situé à 700 mètres du rivage, également au Grau-du-Roi, fait, lui, l’objet d’une complète restauration, pour une ouverture au public prévue fin octobre 2022. Le projet, entamé à l’automne 2021, consiste à mettre en valeur et protéger l’édifice, ainsi que ses bâtiments annexes, pour l’ouvrir au public.

Pour ouvrir le phare à la visite, un lien sera aménagé entre l’aire de stationnement de la plage et le phare, pour faire découvrir les espaces naturels tout en préservant les milieux sensibles, notamment lors d’événements et d’animations scolaires. « Nous travaillons à une scénographie autour du sable pour valoriser l’histoire de la pêche et lier des thématiques comme la mer, le patrimoine historique, la nature, les sciences, etc. », précise Robert Crauste.

Construit en 1869, ce phare est la propriété de l’État et classé Monument Historique depuis 2012. Il est labellisé « Grand Site Occitanie Aigues-Mortes Camargue gardoise », valorisant les destinations touristiques incontournables. La Région (332 684 €), le FEDER (788 496 €), le Conservatoire du littoral (228 779 €), le Département (252 765 €), l’État (150 000 €) et la Direction régionale des affaires culturelles [4] (361 400 €) ont contribué au financement du projet.

Plan Littoral 21 : répondre aux nouveaux enjeux du littoral d’Occitanie

Engagé depuis 2016 par la Région Occitanie et l’État, le Plan littoral 21 est un programme d’investissement, d’animation et d’études pour accélérer la transformation du littoral vers un nouveau modèle de développement, en phase avec l’urgence écologique, la renaturation, la réhabilitation des stations balnéaires, les mobilités décarbonées, le tourisme durable, l’économie bleue, les énergies marines, le nautisme ou encore la lutte contre l’érosion du trait de côte. Il a permis la réalisation de plus de 550 projets portés par les collectivités littorales, l’État, la Région Occitanie et la Banque des Territoires, pour accompagner la transformation du littoral d’Occitanie. Un second volet enclenche un nouveau milliard d’euros d’investissement sur la période 2021-2027.

[1Mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon

[2CNRS

[3Fonds européen de développement régional

[4DRAC