Mois de l’égalité femmes-hommes en Occitanie 99 & 1 portraits pour l’Egalité femme / homme : interview de Sana

Publié par : Maison de la Région à Montauban

Les Montalbanaises prennent la parole !
A travers ce projet, l’association d’influence positive « Myself », emmenée par Meryem Kaf et accompagnée de Johana Cavel, artiste photographe, rendent hommage à toutes les femmes de Montauban, ville d’Olympe de Gouges, l’une des premières féministes françaises.

Sana est à l’honneur aujourd’hui !
Age : 35 ans
Profession : Préparatrice en pharmacie
Montalbanaise d’adoption

"Donner davantage de noms de femmes aux lieux publics serait une belle façon de marquer la présence féminine"


Johanna Cavel

3 questions à Sana

Comment évaluez-vous la situation de la femme aujourd’hui ?

Bien que le statut de la femme ait beaucoup évolué, je constate encore, en 2021, que les traditions sociales tendent à imposer à la femme un statut inférieur à celui de l’homme. On peut le constater au sein de sa petite famille, où la femme prend en charge une grande partie de la gestion du foyer et de l’éducation des enfants, sous prétexte de son statut de femme. On peut le voir aussi dans une triste réalité que sont les violences conjugales, voire, dans les pires situations, les cas de féminicide. On peut également observer qu’une femme qui a eu plusieurs partenaires dans sa vie peut refléter une image négative, alors que pour l’homme, c’est flatteur.
Toutefois, la femme impose petit à petit le respect qu’elle mérite par les combats qu’elle mène depuis des siècles. Le combat se poursuit. Il commence par l’éducation des enfants. Je suis optimiste quant à l’évolution du statut de la femme, et je souhaite que mes filles ne ressentent pas ce sentiment d’infériorité. J’ai toujours été très vigilante pour donner une éducation sans distinction de genre à mes enfants.

A votre avis, la femme devrait-elle être l’égale de l’homme, ou plutôt sa complémentaire ?

Je pense que l’égalité absolue entre l’homme et la femme est un leurre. L’homme et la femme doivent être égaux d’un point de vue juridique, bénéficier des mêmes droits et avoir les mêmes devoirs. Cela dit, on ne peut nier les différences physiques et psychiques qui existent entre l’homme et la femme. Cette différence doit être vue comme une complémentarité. Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, afin de trouver l’équilibre qui nous permet de vivre en symbiose. Aussi, je parlerai plutôt d’équité que d’égalité, car nos besoins ne sont pas les mêmes.

Pensez-vous que la femme occupe la place qu’elle mérite dans l’espace public ?

J’avoue n’y avoir jamais songé. Il me semble que la femme est tout autant visible que l’homme dans les espaces publics. Je pense tout de même que le sentiment d’insécurité, pendant la nuit, serait plus présent chez la femme que chez l’homme. Une autre façon d’occuper l’espace public est la présence artistique féminine : Mettre en place plus de statues de femmes, donner davantage de noms de femmes aux lieux publics, notamment celles qui ont joué un rôle dans l’émancipation de la femme. Ce serait une belle façon de marquer la présence féminine.

Crédit photo : Johanna Cavel
Projet mené par Meryem Kaf
Propos recueillis par Meryem Kaf