Mois de l’égalité femmes-hommes en Occitanie 99 & 1 portraits pour l’Egalité femme / homme : interview de Marie

Publié par : Maison de la Région à Montauban

Les Montalbanaises prennent la parole !
A travers ce projet, l’association d’influence positive « Myself », emmenée par Meryem Kaf et accompagnée de Johana Cavel, artiste photographe, rendent hommage à toutes les femmes de Montauban, ville d’Olympe de Gouges, l’une des premières féministes françaises.

Marie est à l’honneur aujourd’hui !
Age : 45 ans
Profession : Gérante de parcs de jeux
Montalbanaise d’adoption


Johanna Cavel

3 questions à Marie

Égaux ou complémentaires ?

Sans hésitation, je dirai complémentaires. Nous travaillons ensemble, mon mari et moi-même, depuis des années. La répartition de cet espace commun, tant dans la sphère privée qu’au niveau professionnel, s’est faite assez naturellement. D’autant plus que nous ne sommes pas du tout dans le même registre. Je suis plutôt dans l’accomplissement, la réalisation et l’administratif. Je suis une femme de terrain. Et mon associé, mon mari en l’occurrence, est plutôt dans la créativité, la réflexion et la recherche.
A la maison, c’est pareil, on se retrouve et on se complète. Il faut trouver le juste milieu même si, de temps en temps, la balance penche, c’est tout à fait normal.

Est-ce que le monde du loisir a évolué, de sorte à ce que la fille et le garçon soient pareils ?

Par rapport à mon métier, il n’y a pas vraiment de distinction, nous retrouvons sur les deux parcs autant de garçons que de filles. Pareil dans les anniversaires. Néanmoins, la mixité fluctue en fonction des âges et des centres d’intérêt. Il y a des jeux qui attirent plus les filles que les garçons, et puis d’autres qui exercent la même attraction.

Quelle évaluation faîtes-vous de la situation de la femme aujourd’hui ?

Sincèrement, je trouve qu’elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. La femme a une charge mentale très importante. Si on prend l’exemple du confinement, la femme devait assurer ses heures de travail à distance, gérer son foyer, préparer le repas, aider les enfants à faire leurs devoirs et j’en passe. Néanmoins, je me pose souvent la question si la femme elle-même est prête à céder certaines choses. Accepte-t-elle que l’homme prenne le relai ? Cela doit être ancré en nous de penser à tout, de vouloir tout organiser et tout gérer. Sommes-nous capables de gérer différemment et laisser l’homme faire ?

Crédit photo : Johanna Cavel
Projet mené par Meryem Kaf
Propos recueillis par Meryem Kaf