Mois de l’égalité femmes-hommes en Occitanie 99 & 1 portraits pour l’Egalité femme / homme : interview de Claire

Publié par : Maison de la Région à Montauban

Les Montalbanaises prennent la parole !
A travers ce projet, l’association d’influence positive « Myself », emmenée par Meryem Kaf et accompagnée de Johana Cavel, artiste photographe, rendent hommage à toutes les femmes de Montauban, ville d’Olympe de Gouges, l’une des premières féministes françaises.

Claire est à l’honneur aujourd’hui !
Age : 39 ans
Profession : Infirmière
Montalbanaise

"Il faut réapprendre à vivre en communauté dans la complémentarité et dans le respect des différents périmètres"


Johanna Cavel

3 questions à Claire

Comment percevez-vous la cohabitation entre l’homme et la femme dans l’espace public ?

J’ai une pensée globale et, ainsi, le besoin d’avoir un partenaire structuré. Il faut qu’il ait cette capacité à penser et à être productif. Du coup, je travaille en collaboration avec des personnes qui ont ce type de profil. Avec l’homme, je suis dans une relation de complémentarité.

Quid de la sphère privée ?

Il n’y a pas longtemps, j’ai découvert une notion qui consiste à juger l’autre en fonction du rôle qui lui est attribué (maman, collègue, épouse…). Ainsi, notre cohabitation dans la sphère privée n’est pas forcément la même que dans la sphère publique.
C’est tout un art de trouver un terrain d’entente dans la cohabitation, peu importe où l’on se place. Je me pose souvent cette question : Cela est-il vraiment possible ? En tout état de cause, cela demande plus de profondeur dans les discours pour éviter de cohabiter autour de choses superficielles.

Quel pourrait-être le point de départ pour que les lignes bougent ? L’école, l’éducation, la société… ?

J’estime que la communication est le point de départ pour que le périmètre de chacun soit respecté. Il faut que l’on ait un temps pour chaque chose, pour les moments en solo, les moments de partage en couple, en famille ou entre amis. Et puis ce moment où chacun prendra soin de soi-même pour mieux se retrouver.
Je cite souvent l’exemple de la maternité qui est un moment crucial dans la vie de chaque femme. Ce moment est d’une solitude terrible en France. Pour avoir vécu autant en Afrique qu’en France, j’estime qu’en Afrique, on retrouve encore cet esprit de partage et d’entraide. C’est dommage, car notre société a perdu cet état d’esprit.
En Afrique, la femme fait partie d’un groupe et elle est accompagnée dans certaines étapes de sa vie. En France, nous avons un potentiel de liberté de s’éduquer, de travailler en électron libre mais, en même temps, cela plonge la femme dans une grande solitude. Il faut à mon sens réapprendre à vivre en communauté dans la complémentarité et dans le respect des différents périmètres.

Crédit photo : Johanna Cavel
Projet mené par Meryem Kaf
Propos recueillis par Meryem Kaf