Mois de l’égalité femmes-hommes en Occitanie 99 & 1 portraits pour l’Egalité femme / homme : interview de Céline

Publié par : Maison de la Région à Montauban

Les Montalbanaises prennent la parole !
A travers ce projet, l’association d’influence positive « Myself », emmenée par Meryem Kaf et accompagnée de Johana Cavel, artiste photographe, rendent hommage à toutes les femmes de Montauban, ville d’Olympe de Gouges, l’une des premières féministes françaises.

Céline est à l’affiche aujourd’hui !

Age : 40 ans
Profession : Formatrice en communication digitale et commerciale
Montalbanaise de naissance


Johanna Cavel

3 questions à Céline

Pensez-vous que la femme a la place qu’elle mérite dans l’espace public ?

Je pense que la femme prend de plus en plus de place dans l’espace public. Aujourd’hui, il y a quand même beaucoup d’actions qui ont été mises en place pour libérer la parole de la femme et, partant, faire en sorte que les dames aient de plus en plus confiance en elles-mêmes et qu’elles puissent prendre la place qui est la leur. Je pense qu’il y a encore du travail à faire, notamment sur les hautes fonctions et les postes de décisions en entreprise.

La femme devrait-elle être égale ou complémentaire de l’homme ?

Physiologiquement et humainement nous ne sommes pas pareilles avec l’homme, on a peut-être des différences en termes de sensibilité et de force physique évidemment, c’est pour cela que je prône plus la complémentarité plutôt que l’égalité.
Je pense que la femme devrait être en mesure de prendre sa place comme elle le souhaite sans être réduite à son statut de femme.
Personnellement, je n’ai jamais vécu des problèmes d’inégalité, sauf peut-être par rapport au salaire. Mais je ne me suis jamais sentie inégale ou inférieure à des hommes.

Qu’en est-il de l’éducation ?

C’est là que tout se joue ! Avant même que les enfants n’entament leur scolarisation, et dès la naissance, il y a un rôle très important à jouer de la part des parents, de l’école et de tout le système éducatif pour faire modifier la façon avec laquelle nous parlons à nos enfants, filles ou garçons, et cela doit se faire pendant toute la scolarité, du plus jeune âge jusqu’aux études supérieures.
De manière générale, je dirais que l’égalité entre les hommes et les femmes est un sujet qui me touche, mais qui ne me concerne pas directement. J’espère que mes filles n’auront pas à subir ces inégalités. Il faut poursuivre le combat.

Crédit photo : Johanna Cavel
Projet mené par Meryem Kaf
Propos recueillis par Meryem Kaf