Bilan de la concertation

JPEG - 74.6 ko
Crédits : Philippe Grollier
Une concertation large et populaire

Une écoute nouvelle en termes de mobilité régionale

Ces États généraux du rail et de l’intermodalité (EGRIM) sont un engagement fort qu’avait pris la majorité régionale en décembre 2015. Ils ont été organisés dès le premier semestre 2016.
Pour la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, il est indispensable d’écouter avant de décider d’une nouvelle politique : écouter très largement les concitoyens, les élus locaux, les syndicats de cheminots, les associations d’usagers, les partenaires financeurs, l’État, la SNCF.

Tous les habitants ont pu s’exprimer sur les enjeux multiples de la mobilité (sociaux, économiques et environnementaux) et leurs attentes dans le cadre des nombreux projets à poursuivre ou à construire : développement des TER, arrivée de la grande vitesse, maillage des différents réseaux de transport, devenir des trains d’équilibre du territoire, prise en compte de l’intermodalité, etc.

Cette large concertation territoriale, inscrite dans la proximité, a permis à chacun de s’emparer de ce sujet autour des chantiers prioritaires en matière de rail et d’intermodalité.

Un déroulement en trois phases

1- Consultation des citoyens

D’avril à juillet, la concertation des EGRIM a utilisé plusieurs canaux d’information et d’échanges accessibles au grand public, afin de mobiliser toute la population régionale :

  • des réunions publiques organisées sur l’ensemble du territoire régional,
  • une information dans chaque gare, et sur les sites Internet,
  • une enquête auprès du public par le biais d’un questionnaire,
  • la saisine du Conseil économique, social et environnemental régional (CESER),
  • la mise à disposition d’un espace sur le site Internet pour le dépôt de contributions libres.

Ces différents outils ont été disponibles durant 80 jours, du 21 avril au 9 juillet. Au total, 37 réunions publiques ont été organisées, dans chaque préfecture et sous-préfecture de
la région, principalement dans les lycées, dans les sites des hôtels de Région à Montpellier et à Toulouse, et dans des lieux mis à disposition par les municipalités.

2- Une phase d’analyse et de confrontation des expressions recueillies

De juillet à octobre, l’ensemble des contributions recueillies au cours de la concertation ont été analysées et synthétisées : il s’agit des questionnaires, des contributions reçues, des expressions recueillies lors des réunions et des conclusions du CESER. Le document en téléchargement en bas de page est le fruit de cette phase de travail.

3- Une restitution à la fin de l’automne 2016

La restitution réalisée en décembre 2016 des EGRIM a permis à la Région de définir ses priorités et un cadre d’action, afin de fixer un cap pour la politique régionale du rail et de l’intermodalité en Occitanie/Pyrénées-Méditerranée.
Les attentes exprimées et hiérarchisées pourront aussi trouver leur place dans la négociation pour le renouvellement de la convention d’exploitation TER Région/SNCF qui doit prendre effet au cours de l’année 2017.

Les chiffres clés des États Généraux du Rail et de l’Intermodalité

Les réunions publiques :

  • 37 réunions publiques dans les 13 départements de la région
  • 3100 participants en salle

Le questionnaire :

13798 individus ont répondu au questionnaire :

  • 6595 par internet
  • 4145 par un questionnaire papier obtenu sur site
  • 3058 réponses au questionnaire papier inséré dans le magazine de la Région

Les contributions écrites :

286 contributions écrites par courrier ou via le site internet :

  • 185 à titre individuel (citoyens, usagers, etc.)
  • 101 portées par des organisations, telles que des collectivités territoriales (20), des syndicats (14), des associations d’usagers et/ou de protection de l’environnement (46), ou encore des acteurs économiques (8)

La saisine du Ceser

Les 213 membres du CESER ont produit un rapport voté à l’unanimité de ses membres.

Des attentes et des propositions nombreuses, diversifiées mais concordantes

Les conclusions de la consultation s’appuient sur l’analyse des quatre documents suivants : la synthèse de l’enquête par questionnaire, la contribution du CESER, la synthèse des 37 réunions publiques et la synthèse des contributions écrites.

La diversité des publics touchés, au travers des dispositifs mis en place pour ces EGRIM, permet d’obtenir une vision d’ensemble des attentes exprimées sur les 13 départements de la Région.

La large diffusion du questionnaire a été un facteur décisif pour toucher usagers et grand public. Ce questionnaire a été disponible par différents canaux : dans les trains et autocars régionaux, dans les commerces et relais de distribution, aux abords des gares ou sur Internet, dans le journal de la Région diffusé à 2 millions d’exemplaires.

Les réunions publiques ont été un vecteur d’expression très large, laissant la parole à tous les territoires et à leurs acteurs, et permettant l’expression du grand public, y compris dans
les territoires les plus ruraux. La liberté de ton a été un des grands atouts de ces réunions.

Les contributions, nombreuses, ont permis le recueil précis des attentes des acteurs de la société civile et de tous ceux souhaitant exprimer un avis aiguisé, teinté de propositions techniques précises, sur leur vision de la mobilité régionale.

L’avis du CESER, force de proposition, véhicule les attentes exprimées également par les milieux socio-économiques et projette une ambition pour les transports de demain.

Sur de nombreux points, les visions et les attentes des participants sont concordantes : elles partagent d’abord une très grande ambition pour les transports en commun et les trains en Occitanie/Pyrénées-Méditerranée. Mais elles n’éludent pas la question des moyens : connaissant les limites budgétaires, certains participants ne se contentent pas d’une « liste de souhaits », mais proposent de hiérarchiser ces souhaits, et de trouver des moyens économes et efficaces
pour satisfaire les besoins de la collectivité. La synthèse qui suit n’est en aucun cas exhaustive de toutes ces propositions, mais elle cherche avant tout à décrire la vision commune qui s’est dessinée lors des EGRIM, sans passer sous silence les controverses qui sont apparues.

Les contributions

Retrouvez via le moteur de recherche ci-dessous les contributions reçues par courrier ou par voie électronique sur le site de la Région.