AccueilJe m’informeLes actusUne nouvelle ambition pour le train des Cévennes

Une nouvelle ambition pour le train des Cévennes

Ligne de vie, le « Cévenol » qui relie Nîmes et Clermont-Ferrand, sera repris en main par la Région en 2018. La Région a expliqué samedi 1er juillet son ambition pour cette ligne d’équilibre du territoire, lors des fêtes du 150e anniversaire du viaduc de Chamborigaud.

© Laurent Boutonnet
© Laurent Boutonnet

Train d’équilibre du territoire (TET), le Cévenol est une liaison emblématique et de désenclavement du territoire pour les habitants du Gard et de la Lozère, ainsi qu’un voyage prisé des touristes. C’est pour assurer un meilleur service que la Région a décidé, après les Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité, de reprendre en main l’exploitation de la ligne à partir de 2018. Elle a expliqué son ambition samedi 1er juillet, lors des fêtes du 150e anniversaire du viaduc de Chamborigaud. Classé monument historique, celui-ci enjambe, sur 384 mètres, la verte vallée du Luech.

Nous allons engager de nouveaux investissements, du matériel neuf pour le Cévenol, affirme la présidente Carole Delga. Nous voulons lui donner un nouvel avenir et rétablir des liaisons à la fois vers Paris et vers Marseille.
© Laurent Boutonnet
© Laurent Boutonnet

L’Etat s’est engagé à entretenir les infrastructures et à commander pour 2018 trois nouvelles rames pour 30 M€. La Région défend tous les trains d’équilibre du territoire (TET), qui font l’objet de conventions entre l’Etat et la Sncf et sont exploités sous la marque Intercités : ce sont le POLT (Paris, Orléans, Limoges, Toulouse), la Transversale Sud (Bordeaux-Marseille), le Toulouse-Hendaye, les trains de nuit et l’Aubrac (Béziers-Clermont-Ferrand). La Région vient ainsi d’obtenir le maintien de l’Aubrac en 2017-2019 via une exploitation partagée avec l’Etat et la prise en charge de la moitié du déficit d’exploitation.