Se former à l’étranger : les apprenti.e.s aussi y ont droit

Au-delà du développement des compétences linguistiques, la mobilité des apprenti.e.s représente une plus-value évidente pour leur insertion professionnelle.

Crédits : European Union 2015 Source EC - Audiovisual Service Photo Cristof Echard

La Région accompagne les jeunes, notamment les apprenti.e.s, dans leurs projets de mobilité européenne et internationale. Car, aujourd’hui, la possibilité de faire un stage à Londres, Barcelone, Milan ou ailleurs n’est plus réservée aux seuls étudiant.e.s de l’enseignement supérieur.

Acquérir de nouveaux savoir-faire professionnels, progresser en langues étrangères, gagner en autonomie, telles sont les ambitions des expériences de vie à l’étranger.
Quel que soit son projet, un « détour » par l’international est toujours formateur et valorise un CV. Il témoigne d’une curiosité, d’une ouverture aux autres qui se traduisent par une plus grande adaptabilité à l’emploi.

Les échanges permettent aux apprenti.e.s de prendre conscience qu’ils sont des citoyens européens. Même s’ils sont centrés sur la formation professionnelle, la vraie raison d’être de ces échanges est culturelle. Notre objectif est de faire en sorte que ces jeunes deviennent des femmes et des hommes libres, autonomes et tolérants. Depuis mon arrivée, j’ai développé les échanges au-delà de l’Espagne. Aujourd’hui les jeunes peuvent partir en Italie, en Finlande, en Pologne et bientôt au Portugal. Côté finances, l’aide de l’Europe et le financement public, en particulier celui de la Région, permettent de ne rien faire payer aux jeunes et à leur famille », explique Stéphane Bouils, directeur de l’Institut régional de formation des métiers de l’artisanat à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales).

Différents dispositifs régionaux existent pour faciliter les démarches des apprenti.e.s qui veulent partir à l’étranger. Ces projets peuvent être cofinancés par des crédits européens dans le cadre du programme ERASMUS+ ou du programme de coopération transfrontalière INTERREG POCTEFA 2014-2020. Des subventions erasmus sont présentes pour les apprentis dans le cadre de leurs mobilités. Ces derniers doivent se préparer en amont avant leur stage chez un pays voisin. En effet ils peuvent s’informer au sujet des promotions des forfaits mobiles pour l’utilisation d’un téléphone à l’étranger.

Plusieurs CFA de la Région organisent des séjours collectifs à caractère professionnel dans des pays de l’UE pour une durée de deux à trois semaines. Nous pouvons citer par exemple l’initiative Ap and Go coordonnée par la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat au bénéfice des apprentis des chambres des métiers. »