Ils sont l’Occitanie

Romain Ntamack : il a de qui tenir !

Champion de France de Top14, le jeune joueur du Stade Toulousain s’est révélé, cette
saison, que ce soit en club ou en équipe de France avec laquelle il dispute la Coupe du monde au Japon.

« Romain est un garçon lucide, compétiteur et déterminé qu’il faut parfois aider à relativiser. Il franchit les paliers à une vitesse impressionnante, mais ne doit pas oublier les moments de décontraction », explique Émile Ntamack. Son fils Romain, 20 ans, étoile montante du rugby français, a même précocement atteint le firmament.

À peine sorti de l’adolescence, il s’est déjà fait une place au soleil dans l’effectif trois étoiles du Stade Toulousain. À tel point que le sélectionneur du XV tricolore décide de l’appeler pour disputer le dernier Tournoi des six nations. Malgré son jeune âge, il apparaît déjà comme un joueur élégant et pétri de qualités qui lui ont valu d’être retenu dans la liste des 31 joueurs de l’équipe de France pour la Coupe du monde au Japon (qui s’achèvera 2 novembre).

Véritable pépite de l’école toulousaine, Romain a décroché en 2018 le titre mondial avec les moins de 20 ans à Béziers face au XV de la Rose. Cette année, il a vécu une saison exceptionnelle avec son club, ponctuée d’un titre de champion de France de Top 14.

Romain franchit les paliers à une vitesse impressionnante

Ambassadeur de la marque Sud de France, ce pur produit de la formation toulousaine est très attaché à sa ville et à sa région. Le Toulousain épate par des qualités athlétiques et techniques largement au-dessus de la moyenne. Normal, me direz-vous, car il a de qui tenir. Son père, Émile Ntamack, a lui aussi fait les beaux jours du Stade Toulousain et de l’équipe de France, dans les années 90, avant de devenir entraîneur adjoint des Bleus et, aujourd’hui, de s’occuper du projet de jeu des filières
jeunes de son club de prédilection.

De l’aventure paternelle, il garde quelques souvenirs. Comme celui d’une finale de Coupe d’Europe à Dublin, face à Perpignan, suivie à l’âge de 4 ans dans les tribunes avec sa mère, prof de sport, avant de faire un tour d’honneur du stade sur les épaules de son vainqueur de père. Le genre de truc qui laisse des traces et qui peut donner des idées.

« Dès l’âge de 2 ans, j’étais impressionné par la force avec laquelle il tapait dans un ballon. Plus tard, il me tannait pour qu’on aille jouer dans le jardin, même sous la pluie. Il m’arrivait aussi de le voir regarder trois matchs en même temps, un à la télé, un sur son téléphone et un sur une tablette. Et quand j’entraînais le XV de France, il ne se gênait pas pour me donner son analyse personnelle des performances de tel ou tel joueur, il avait 12 ans », lâche le père, mi-admiratif, mi-amusé, devant ce grand gaillard prometteur qui, sans nul doute, a les moyens de marcher dans les pas de son père.

Bio Express

  • 1999 : Naissance à Toulouse.
  • 2017 : Premier match en Top 14
  • 2018 : Champion du monde des moins de 20 ans
  • Février 2019 : Premier match en équipe de France
  • Juin 2019 : Champion de France de Top 14 avec le Stade Toulousain
  • Septembre 2019 : Coupe du monde de rugby au Japon