Mois de l’égalité femmes-hommes en Occitanie 99 & 1 portraits pour l’Egalité femme / homme : interview de Marine

Publié par : Maison de la Région à Montauban

Les Montalbanaises prennent la parole !
A travers ce projet, l’association d’influence positive « Myself », emmenée par Meryem Kaf et accompagnée de Johana Cavel, artiste photographe, rendent hommage à toutes les femmes de Montauban, ville d’Olympe de Gouges, l’une des premières féministes françaises.

Marine est à l’affiche aujourd’hui !

Age : 31 ans
Profession : Chargée de communication
Montalbanaise de naissance

"Les comportements évoluent. Cependant, je constate que la femme doit encore et toujours prouver, expliquer, se justifier, se battre, faire face à des situations d’inégalité… "


Johanna Cavel

3 questions à Marine

Pensez-vous que la femme occupe la place qu’elle mérite dans l’espace public ?

Aucunement ! Je pense que la femme fait encore les frais de mœurs bien trop ancrées. Même en 2021, alors que les choses tendent tout de même à changer. Il faut le reconnaître, les comportements évoluent. Cependant, je constate que la femme doit encore et toujours prouver, expliquer, se justifier, se battre, faire face à des situations d’inégalité…
Je suis à peine trentenaire et je vis toutes sortes d’expériences, au quotidien, qui me font ouvrir les yeux et qui me prouvent que la femme est une force de la nature, qu’elle est souvent incomprise, portant en elle énormément de pression et, surtout, des séquelles du passé. A titre d’exemple, au travail, la femme souffre encore de beaucoup d’inégalités. Dans le sport également, pour l’avoir vécu. Au sein du foyer aussi, quelques fois.

A votre avis, la femme et l’homme doivent-ils être égaux ou complémentaires ?

Je ne sais pas si l’on peut parler d’égalité, cela dépend des domaines d’évolution de chacun. Je pense que dans certains domaines, la femme est totalement égale de l’homme, ce qui n’est pas le cas dans d’autres, et vice versa. On pourrait parler de complémentarité dans certains cas. Nous le savons, les femmes et les hommes ne sont pas pareillement constitués. Je pense qu’on ne devrait même pas se poser la question, ni comparer, on devrait considérer que nous sommes des êtres humains et laisser ses chances à chacun. Une femme est une femme, un homme est un homme. Et dans toutes les situations, ils devraient avoir, chacun de son côté, les mêmes chances et les mêmes moyens de réussir dans la vie et l’éducation a un rôle crucial à jouer. Je ne pense pas qu’il y ait un âge particulier pour inculquer ces valeurs d’égalité et d’équité à l’enfant. Cela devrait être une sorte de module qui l’accompagne durant toutes les étapes de sa croissance. De même, il faut s’en soucier tant au foyer qu’au sein des établissements scolaires.

On évoque souvent la disparité salariale. Peut-on parler de violence économique ?

Bien évidemment. On peut parler de violence économique car nous sommes soumises, malgré nous, à ce diktat. A ce jour, il existe tout de même l’index d’égalité qui doit susciter une prise de conscience au niveau des entreprises par rapport à ces disparités salariales. Cet index démontre qu’en 2020, dans une entreprise sur deux, 9 hommes au moins occupent les 10 postes les mieux rémunérés… Cela est de nature à donner des sueurs froides quant aux chiffres de 2021 !

Crédit photo : Johanna Cavel
Projet mené par Meryem Kaf
Propos recueillis par Meryem Kaf