AccueilJe m’informeLes actusMission Japon II : la Région approfondit sa coopération (...)

Mission Japon II : la Région approfondit sa coopération avec le pays du Soleil-Levant

Deux ans après le succès de sa première mission internationale au Japon, la présidente de la Région a atterri ce lundi 4 juin à Tokyo, avec une délégation d’acteurs économiques, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle rencontrera jusqu’au 8 juin à Tokyo, Nagoya, Kyoto et Hiroshima, des acteurs de haut niveau de l’administration japonaise, de l’économie, de la culture…

JPEG - 116.9 ko

La deuxième mission internationale de la Région au Japon, pilotée par Carole Delga du 4 au 8 juin, affirme des objectifs économiques, universitaires et culturels. Outre Tokyo, elle fera étape à Nagoya, Kyoto et Hiroshima. Sa première journée se place sous le signe du tourisme et de la gastronomie, avec la rencontre à Tokyo du vice-président à l’international de l’association de 1 200 agences de voyage japonaises et une soirée au Comptoir Occitan Restaurant Pachon (chef originaire de Carcassonne). L’occasion de valoriser des apprentis d’Occitanie en stage dans trois restaurants haut de gamme à Tokyo, avec l’ambassadeur de France, des représentants du groupe Rakuten (actif à Montpellier) et la mascotte Kumamon, star au Japon.

Les mascottes, un phénomène au Japon

Les mascottes, ou yuru-kyara, sont incontournables : villes, régions, entreprises, marques, équipes sportives, arborent leurs emblèmes kawaï (mignon). Les JO de Tokyo 2020 ont récemment choisi leurs mascottes officielles. Kumamon, ours noir en peluche aux joues rouges mascotte de la préfecture de Kumamoto, est un phénomène national : les produits dérivés Kumamon ont dépassé 100 milliards de yens de chiffre d’affaires en 2015.

JPEG - 55.9 koMardi, la présidente de Région échangera avec le président de la CCI France-Japon, avant de signer à Nagoya un accord d’amitié et coopération avec le gouverneur d’Aïchi, berceau de la culture samouraï et centre de l’aéronautique au Japon. Elle assistera à une convention de coopération entre les universités de Perpignan et Nanzan, de Montpellier Business School et de l’université des affaires de Nagoya. 50 accords de mobilité sont déjà actifs dans plus de 20 établissements et une centaine d’étudiants japonais ont choisi l’Occitanie.
Mercredi, après le gouverneur de Kyoto, la délégation rencontrera le président de l’équipementier sportif Asics en compagnie de l’ambassadeur de France et du directeur de Business France Japon. La culture sera au rendez-vous à la Villa Kujoyama de l’Institut Français.
Enfin, la délégation régionale sera accueillie jeudi par l’association Mayors for Peace au parc du Mémorial pour la paix à Hiroshima, ville emblématique où le FISE a organisé sa première manifestation au Japon en avril. Toujours à Hiroshima, l’Ifremer et l’agence japonaise des pêcheries échangeront sur un projet collaboratif lié à l’étang de Thau.

La Région a fait du Japon une priorité de son action internationale, affirme Carole Delga. L’objectif de cette nouvelle mission est d’exporter l’Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et de développer l’attractivité régionale auprès d’investisseurs japonais à fort potentiel. C’est un nouveau pas dans des relations institutionnelles déjà fortes. Attachés à leur culture, nos territoires sont aussi des terres d’innovation. Enfin, nous partageons d’autres valeurs, celles du rugby.
JPEG - 96.8 ko

La première mission régionale menée fin 2016 a porté ses fruits, Asics a notamment confirmé l’implantation de sa logistique européenne près de Montpellier. 26 sociétés japonaises se développent en Occitanie, où elles emploient 4 000 personnes. Par ailleurs, le récent accompagnement au Japon, du 28 mai au 1er juin, de 20 entreprises d’Occitanie par l’agence régionale Ad’Occ avec Nadia Pellefigue, vice-présidente au développement économique, à la recherche, l’innovation et l’enseignement supérieur, a posé des jalons supplémentaires.
La Région veut construire des relations durables avec le Japon : après avoir créé un bureau permanent à Tokyo, elle fait de même à Kyoto et un Volontaire international en entreprise (VIE), basé à l’ambassade de France à Tokyo, la représente désormais afin de renforcer les coopérations dans tout le pays.