Les actus

Le train accélère sur la voie de la proximité

La Région investit 800 millions d’euros sur 10 ans afin d’assurer l’avenir des lignes de proximité. Elle amplifie ainsi les actions mises en place depuis plusieurs années afin d’offrir aux habitants d’Occitanie un réseau de train qui dessert équitablement l’ensemble du territoire.

En Occitanie, les lignes de train qui relient finement les territoires représentent plus de la moitié du réseau. Parfois appelées "petites lignes", ce réseau de proximité est pourtant essentiel pour les habitants au quotidien, leur offrant une alternative économique et écologique à la voiture. Ces lignes renforcent également l’attractivité des villes moyennes et des villages en créant du lien entre les territoires.

Assurer l’avenir du réseau

Suppressions d’arrêts, de trains, suspensions de circulation… Voilà le résultat direct du dépérissement auquel doit faire face le réseau « secondaire », délaissé par l’Etat. Convaincue du rôle majeur du train dans son développement, la Région souhaite sécuriser l’avenir de ces lignes en investissant 800 millions d’euros sur 10 ans. Une nouvelle stratégie de long terme, point clé de son Green New Deal, qui permettra de réaliser les travaux nécessaires. A titre d’exemple, la Région mettra dès 2020 à disposition de SNCF Réseau, un budget de plus de 52 millions d’euros nécessaire à la réalisation d’une première tranche de travaux et d’études.

Ça avance sur les lignes prioritaires

La Région porte une attention particulière aux lignes définies comme étant prioritaires durant les Etats généraux du Rail et de l’Intermodalité (EGRIM).

Rive droite du Rhône

Gare de Remoulins-Pont-du-Gard
Gare de Remoulins-Pont-du-Gard

Après plus de 40 ans d’interruption, la ligne Rive droite du Rhône, reliant Pont-Saint-Esprit à Avignon, fera l’objet d’une réouverture partielle aux voyageurs fin 2021. Le vice-président en charge des mobilités et des infrastructures de transports de la Région, explique : "Dans le cadre de la concertation sur cette réouverture qui s’est déroulée à l’automne dernier, la Région avait clairement dit à SNCF Réseau que le calendrier de la réouverture, en 2026, nous paraissait trop lointain. Depuis, nous avons trouvé des situations transitoires et temporaires qui permettent d’avoir des trains de voyageurs qui circulent fin 2021".

La Région finance notamment les adaptations des gares de Pont-Saint-Esprit et de Bagnols-sur-Cèze ainsi que l’aménagement de la gare de Remoulins-Pont-du-Gard. Le projet prévoit environ 8 allers-retours quotidiens, avec des horaires adaptés aux besoins des salariés ou des jeunes allant travailler ou étudier à Nîmes et Avignon.
 

Alès-Bessèges et Montréjeau-Luchon

Dès 2021, des études seront lancées pour la réouverture des lignes Montréjeau-Luchon et Alès-Bessèges. Et une concertation publique pour la ligne Alès-Bessèges aura lieu en janvier et février 2021. Elle permettra de répondre aux questions et d’enrichir le projet grâce aux contributions.

Toujours engagée pour une réouverture rapide des lignes Alès-Bessèges et Montréjeau-Luchon, la Région a demandé à les gérer directement et d’assurer la maîtrise d’ouvrage des travaux. Elle pourra ainsi mettre en œuvre les moyens humains et techniques nécessaires pour les mener à bien.

Gilbert, habitant de Bessèges, attend la réouverture de la ligne Alès-Bessèges avec impatience. Il nous explique pourquoi : "La réouverture de la ligne Alès-Bessèges est importante car elle me permettra d’aller à Saint-Ambroix et à Alès pour faire le marché et effectuer des démarches administratives ou de santé. L’avantage sera de ne plus être tributaire d’une voiture. Et tout le monde n’ayant pas de voiture, cette réouverture permettra à tous de se déplacer. La commune se verra désenclavée à tous points de vue, quotidien, touristique et industriel. En effet, quelques sociétés sont déjà installées et cela pourrait en inciter d’autres et créer des emplois."