AccueilJe m’informeDécryptageLe meilleur de l’agriculture régionale

Le meilleur de l’agriculture régionale

Miser sur le Produit en Occitanie

La Région veut promouvoir le consommer régional. Pourquoi ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée
Crédits : L. Boutonnet

Parce que nos emplettes sont nos emplois. Aujourd’hui, que ce soit l’alimentation, les produits industriels, la culture, ou bien d’autres domaines, le consommateur a désormais souvent le choix entre un produit d’Occitanie et un autre. Miser sur le « Produit en Occitanie », c’est faire prendre conscience à nos concitoyens qu’ils ont le pouvoir de contribuer de façon très concrète à l’emploi, au développement du territoire, à l’environnement, à notre qualité de vie en général. C’est une forme d’engagement : je veux proposer aux citoyens de la Région de devenir des « consom’acteurs ». La Région va prendre des mesures
fortes pour faire mieux connaître tous ces produits, toutes ces initiatives pensées et réalisées ici.

La Région va prendre des mesures fortes pour faire mieux connaître tous ces produits, toutes ces initiatives pensées et réalisées ici

Vous pensez qu’il y a encore de la méconnaissance dans ce domaine ?

Oui, cela passe par encore plus d’information, mais aussi par la mobilisation des circuits de distribution, des producteurs eux-mêmes et des consommateurs. Ce travail de mise en lumière a été réalisé sur les produits de la terre. Je veux l’étendre, car chaque jour, on peut vraiment faire un choix régional. Un vin, une eau minérale, une viande, un légume, un fromage, un vêtement, un vélo, un bijou, un meuble, le bois pour se chauffer et bien d’autres choses du quotidien… Nous avons tous du « Produit en Occitanie » à portée de main. Dans ce journal, depuis janvier 2016, deux pages sont consacrés à ces entreprises qui créent « régional ». À terme, cela deviendra un annuaire du « Produit en Occitanie », qui sera notamment disponible sur le Net.

Notre région est l’une des plus exportatrices de France. Quel lien avec le marché international ?

Le « Produit en Occitanie », ce n’est pas se fermer sur soi-même, bien au contraire. C’est faire partager nos richesses au plus grand nombre et c’est ainsi qu’elles auront plus d’impact à l’extérieur de la Région et à l’export. Je suis très attachée à démontrer que la richesse de ce pays, c’est aussi la richesse produite dans les territoires. Prenons un exemple : nous sommes la 3e région française pour le nombre de brevets déposés chaque année dans ce pays ! À l’heure où on constate une recentralisation qui ne me paraît pas aller dans le sens de l’Histoire, le « Produit en Occitanie » est un appel à agir, à créer dans notre Région. Pour le bien de tous.

Quatre mesures phares pour l’agriculture régionale

L’agriculture représente le premier secteur d’emploi régional, devant le tourisme et l’aéronautique. La Région vient d’adopter plusieurs mesures destinées à soutenir ce pilier majeur de l’économie.

Aide à l’installation-transmission des exploitations agricoles

État des lieux

  • 434 000 exploitations agricoles en 2015 contre plus de 2 millions dans les années 60.
  • Un taux de remplacement des chefs d’exploitation de 60% dans la région.
  • Le renouvellement des générations d’exploitants agricoles est indispensable au maintien des emplois du secteur.

Ce que propose la Région :

La Région a mis en place une nouvelle politique d’aides à l’installation et à la transmission pour la période 2018-2020 appelée « Plan d’accompagnement Installation-Transmission en agriculture ». Ce plan a pour but d’anticiper davantage les transmissions d’exploitation et de favoriser les parcours d’accès à l’installation. Par ailleurs, la Région généralise le Contrat Emploi Formation Installation par le biais duquel elle verse une indemnité à l’agriculteur qui s’installe. Elle finance également directement des installations avec des aides au démarrage, aux investissements (majorées en agriculture bio et en zone de montagne). Elle étend sur l’ensemble de son territoire un système de garantie d’emprunt (FOSTER). Enfin la mise en place d’un Fonds Régional du Foncier facilitera l’accès aux terres et donc à l’installation.

JPEG - 1.2 Mo

40% de produits locaux dans les cantines des lycées

État des lieux

  • 25 millions de repas/an assurés par la Région dans 193 restaurants scolaires soit 157 000 repas/jour.
  • 56 millions d’euros consacrés à l’achat de denrées alimentaires pour les lycées.
  • Une baisse de revenus des agriculteurs de 25% en moyenne pour 2016 avec un revenu moyen annuel de 19 000 euros.
  • 354 euros de revenu mensuel pour près de la moitié des agriculteurs.
  • La restauration scolaire représente un formidable potentiel de débouchés pour les produits régionaux.

Ce que propose la Région

La Région lance un nouveau dispositif intitulé « Plan de valorisation des produits de proximité et de qualité dans les restaurants scolaires des lycées de la Région Occitanie ». L’objectif fixé est de 40 % de produits locaux de qualité dans les lycées. Pour l’atteindre, la Région va s’appuyer sur un groupe de travail composé entre autres de gestionnaires des lycées et de chefs cuisiniers et proposer un dispositif incitatif aux établissements sur la base du volontariat. Ce dispositif comprend des actions de formation et des aides financières. En parallèle un effort supplémentaire sera fait pour accompagner les filières locales dans leur structuration afin qu’elles soient en capacité de répondre à la commande publique.

JPEG - 1.7 Mo

Produire, consommer et vivre bio

État des lieux

  • 40% de l’augmentation de la consommation de produits bio au plan national en deux ans.
  • 7 français sur 10 déclarent consommer ces produits au moins une fois par mois.
  • 23% d’augmentation des terres agricoles réservées au bio en 2015 et 16% en 2016 au niveau national contre 34% en 2015 et plus de 23% en 2016 au niveau régional.
  • Occitanie / Pyrénées-Méditerranée 1ère région française en agriculture biologique et 4ème région européenne engagée en bio.

Ce que propose la Région

La Région met en place le « Plan Bi’O 2018-2020 ». L’objectif est d’accompagner les producteurs et d’aider les filières à se structurer. Six axes d’actions ont été identifiés, dont : la formation et le partage des savoirs, l’accompagnement de la production et donc l’installation et la conversion des terres en bio ou encore ce qu’on appelle « le rayonnement des produits bio » c’est-à-dire la publicité autour de ces produits pour favoriser leur distribution. 2,7 M€ auront été consacrés au bio en 2017. Les exploitations bio bénéficient d’une majoration de 10 % des aides « classiques » accordées par la Région aux agriculteurs. En 2015 et 2016, les aides européennes gérées par la Région ont augmenté de 29 M€ (+ 28 %) pour un montant global de 133 M€.

JPEG - 1.4 Mo

Un soutien sur mesure pour la filière agroalimentaire et viticole

État des lieux

  • 21 milliards d’euros de chiffres d’affaires pour les secteurs agricole et agroalimentaire, dont 5 milliards à l’export.
  • 1er secteur économique régional en terme d’emploi.
  • 1er vignoble mondial en superficie pour les vins d’origine.
  • Des liens étroits entre production agricole et entreprises agroalimentaires.

Ce que propose la Région

La Région met en place un dispositif spécifique en faveur des entreprises du secteur agroalimentaire et viticole, avec d’une part un « Pass agroviti Dynamique » destiné aux PME du secteur de la transformation, du stockage ou de la commercialisation de produits agricoles. Il permet de mobiliser des financements pour répondre à un besoin d’investissement lié à une opportunité de marché et nécessitant une réactivité importante de l’accompagnement régional. D’autre part, la Région met en place un « Contrat Agroviti Stratégique » pour soutenir les entreprises engagées dans un projet stratégique de développement sur plusieurs années notamment à l’export et dans les circuits de proximité. Il s’agit aussi de les aider à moderniser leurs outils de production pour gagner en compétitivité.

Agriculture : des visages et des mondes

Amandine Largeaud : "Tous les univers de travail y compris agricole, gagneraient à se croiser"

Amandine Largeaud, coordinatrice du projet de structure collaborative Le 100e Singe à Belberaud en Haute-Garonne.

Aurélien Lafargue : "Mes pâturages ont toujours été cultivés de façon naturelle"

Aurélien Lafargue, agriculteur et éleveur à Montfermier dans les Coteaux du Quercy, Tarn-et-Garonne

Benjamin Delescluse : " S’installer demande beaucoup d’énergie mais les premiers retours sont bons "

Benjamin Delescluse, 32 ans, vient de s’installer en maraichage bio à Montestruc-sur-Gers dans le Gers.

Florent Roque : "Nous sommes dépositaires d’un savoir-faire à valoriser et transmettre"

Frère, soeur, neveux, nièces, parents… Trois générations de « Roque », soit une dizaine de personnes, font vivre à ce jour l’entreprise créée en 1870. Ici Florent Roque.

Jean-Marc Bedouret : "Sans la coopérative, le haricot tarbais n’existerait plus"

« Lorsqu’avec une douzaine d’agriculteurs nous avons décidé de relancer le haricot tarbais dans les années 80, notre premier réflexe – et c’était une vraie bonne idée – a été de créer une coopérative » explique Jean-Marc Bedouret. « c’est un outil (...)

Jean-Marie Bertrou : "Nos vins sont appréciés dans le monde entier"

Jean-Marie Bertrou et ses fils Nans et Jason dans les caves de leur domaine Parazols, au pied de la Montagne Noire dans l’Aude.

Julia Garland et Flora Higgings : "Du champ à la bouteille !"

A Algans dans le Tarn, les soeurs Julia Garland et Flora Higgings, sont aux manettes de la ferme brasserie Garland qui produit et vend sa bière bio.

Kévin Hantz : "Le retour à la terre, c’est aussi le retour au pays"

Changement de vie pour Kevin Hantz, 34 ans, nouvellement converti dans l’élevage de canards gras.

Loïc Rossignol : "En montagne, pastoralisme et milieux naturels font bon ménage"

Loïc Rossignol, éleveur de vaches à viande à Ginestous en Lozère, expert en prairies naturelles.

Patrice Peulet : "Avec notre magasin de vente directe, tout le monde y gagne"

Patrice Peulet, maraîcher et gérant d’un magasin 100% producteurs locaux à Payrignac dans le Lot

| 1 | 2 |