AccueilJe m’informeLes actusEnseignement agricole : un engagement, des actes

Enseignement agricole : un engagement, des actes

Lors de l’inauguration des travaux du lycée agricole de Pamiers, la présidente Carole Delga à rappelé l’engagement de la Région pour l’enseignement agricole. Occitanie est la première Région française à traduire son engagement en actes, grâce à un accord signé avec la DRAAF (la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) en mars dernier. Objectif : faire de l’enseignement agricole le laboratoire de l’agriculture de demain.

Lycée agricole de Saint-Gaudens, Haute-Garonne © Eric Médous
Lycée agricole de Saint-Gaudens, Haute-Garonne © Eric Médous

Ils sont près de 20 000, lycéen.nes et apprenti.es, à suivre un enseignement agricole dans l’un des 76 établissements de la région. Mercredi 6 septembre, Carole Delga a rencontré les jeunes du lycée agricole de Pamiers, dans l’Ariège, à l’occasion de l’inauguration des travaux de l’établissement.

Carole Delga a échangé avec les élèves du lycée agricole de Pamiers © Jean-Jacques Ader
Carole Delga a échangé avec les élèves du lycée agricole de Pamiers © Jean-Jacques Ader

La présidente d’Occitanie a souligné l’importance de l’enseignement agricole comme levier de l’agriculture de demain, et rappelé l’engagement très concret de la Région pour cette filière porteuse d’emplois :

Je tenais particulièrement à être présente pour la rentrée de l’enseignement agricole. La Région reconnait pleinement les spécificités de l’enseignement agricole qui bénéficie à ce
titre d’une politique régionale spécifique autour deux enjeux : former les futurs agriculteurs au « produire autrement », préfigurant ainsi l’agriculture de demain.
Du concret
Lycée agricole de Castelnau-le-Lez, dans l'Hérault © Laurent Boutonnet
Lycée agricole de Castelnau-le-Lez, dans l’Hérault © Laurent Boutonnet

Trois étapes ont déjà été franchies, et deux autres projets sont en cours de réalisation. Petit à petit, la stratégie régionale pour l’enseignement agricole se concrétise. Les grandes orientations de cette stratégie avaient été dévoilées en février dernier, lors des 1res Assises régionales de l’enseignement agricole, à l’issue d’une large concertation. Moins d’un mois plus tard, Occitanie était la 1re Région française à signer avec la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (la DRAAF) une convention fixant les objectifs prioritaires de cette stratégie et les conditions de sa mise en oeuvre. Cinq axes majeurs s’en dégagent : le renouvellement des générations avec des aides à l’installation des jeunes et des formations d’excellence, les nouvelles pratiques agro-écologiques, l’innovation, l’animation et le développement des territoires ruraux, et enfin, l’ouverture sur l’international.

Élèves en formation viticole du lycée agricole de Riscles dans le Gers © Isabelle Souriment
Élèves en formation viticole du lycée agricole de Riscles dans le Gers © Isabelle Souriment

D’ici quelques semaines, deux autres opérations vont être déployées. Un appel à projets innovants sera lancé pour impulser et développer les capacités d’innovation et d’expérimentation des établissements agricoles, publics et privés. En parallèle, un nouveau Schéma directeur des exploitations agricoles sera adopté pour l’ensemble du territoire. Il permettra de développer les complémentarités entre les sites et de valoriser les filières de production régionales.

En Occitanie, l’agriculture, la viticulture et l’agroalimentaire sont le 1er pilier de l’économie, avec 22 milliards de chiffre d’affaires, (dont 5 millions à l’export), 165 000 emplois et 72 200 exploitations.

L’enseignement agricole dans la région, ce sont :
  • 29 lycées publics, répartis dans 22 établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricoles (EPLEFPA)
  • 12 centres de formation d’apprentis agricole (CFAA)
  • 16 centres de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) ainsi que 25 exploitations agricoles et 3 ateliers technologiques à vocation pédagogique et économique.
  • 6 écoles nationales supérieures qui complètent l’offre de formation.