Éco-chèque : plus simple et plus solidaire

La Région lance son Éco-chèque logement pour les particuliers. Une mesure
environnementale et sociale qui entrera en vigueur au 1er octobre.

« Il fallait aider les particuliers à diminuer
leurs émissions de gaz à effet de
serre. » Pour Françoise Dedieu-Casties,
vice-présidente du Conseil régional
en charge du développement
durable, le
postulat était simple.
La Région a donc créé
un Eco-chèque logement,
de 250 € ou de
500 €.

Il permettra aux Midi-Pyrénéens de
payer, en partie, l’isolation sous toiture
de leur habitation ou la pose
d’un chauffe-eau solaire. « Ces travaux
sont efficaces, explique l’élue.
Un chauffe-eau solaire, c’est 4 000 à
6 000 € : avec les aides fiscales existantes,
si la Région apporte cet Écochèque,
il devient accessible aux ménages
modestes ». Car la mesure est
aussi sociale, l’objectif étant de réduire
la facture énergétique
de ceux qui en ont le
plus besoin.

Cet Éco-chèque remplacera
et élargira le dispositif
« Solaire thermique »,
mis en place par la Région
en 2000, et grâce auquel plus de
14 000 foyers se sont déjà dotés d’un
chauffe-eau écologique. Le dispositif
est plus simple : les propriétaires ou
bailleurs pourront obtenir ce chèque
auprès de la Région en fournissant le
devis d’un artisan agréé et leur avis
d’imposition. S’ils remplissent les
conditions de ressources, ils pourront
alors payer directement les travaux
avec ce titre de paiement, sans
avancer l’argent.

« On espère maintenant que cette
mesure va rencontrer son public,
confie Françoise Dedieu-Casties.
450 000 euros y sont consacrés. Dans
un an, on fera un point : cet éco-chèque
est amené à évoluer. »

Bonne isolation, facture réduite

Une maison est perméable.
Chaque hiver, une partie de la
chaleur s’échappe, principalement
par la toiture (30 %)
et par les murs (25 %).
Il est donc important d’isoler son
habitation. Une meilleure isolation
signifie moins de chauffage donc
une facture énergétique moins
élevée. On estime qu’un foyer
de 4 personnes consomme, en
moyenne, 20 000 kWh pour le
chauffage, soit environ 2200 euros
par an. Une maison BBC (Bâtiment
Basse Consommation) consomme
moitié moins. La facture, elle, se
réduit à 1 100 €. CQFD.

Travaux, l’avis d’un pro

Frédéric Clerfayt est artisan-maçon sur le canton de l’Isle-en-Dodon (31),
titulaire du label éco-artisan et animateur du groupe éco-construction.

« Les travaux d’isolation sous toiture,
quand il s’agit de combles perdus, coûtent
moins cher et durent moins longtemps.
Il faut compter 2 à 3 jours pour un
pavillon classique, et 25 € HT environ le
m2. J’utilise principalement de la ouate
de cellulose, un isolant très apprécié au
Canada et 100 % recyclable. Pour une
isolation avec combles aménageables, il
faut, là, compter 6 à 10 jours, 60 € HT
le m2 pour l’isolation au sol, 45 € HT le m2
pour le rampant [plafond]. Ajoutez à cela
le revêtement. Je conseille des produits
naturels comme le chanvre, ou un mélange
de copeaux de bois et de chaux. Leur
impact environnemental est minime et leur
bilan carbone négatif !

À pouvoir isolant égal, le prix de ces matériaux
naturels est 15 à 20 % plus élevé que
celui des produits conventionnels, comme
le polyuréthane. Mais leur durée de vie est
beaucoup plus importante. Sans parler du
bien-être lié à cet environnement naturel.
Et du confort de travail pour l’artisan ! »