AccueilActualitesJournées Nature : A la découverte du Conservatoire du (...)

Journées Nature : A la découverte du Conservatoire du chataignier

Définissez le conservatoire en cinq mots "Nature"

  • Biodiversité
  • Découverte de l’environnement
  • Richesse castanéïcole
  • Ségala
  • Flore du quotidien

Quel est l’arbre généalogique de votre structure ?

Le Conservatoire du châtaignier a été créée en 1995 pour enrayer la disparition des espèces de châtaigniers et des connaissances qui leurs sont liées. Dans cet objectif, les actions de l’association se découpent en trois axes :

Axe1 : Étude et sauvegarde des variétés anciennes de châtaignes de l’Aveyron
Le conservatoire a débuté par un inventaire des variétés de châtaignes présentes sur le Département. Il s’avère que nous avons recensé plus d’une centaine de variétés de châtaignes aux goûts, aux couleurs, aux formes et à la capacité d’épluchage différents. C’est un patrimoine très riche, mal connu mais cependant en danger de disparition.
Nous avons donc mis en place un verger de sauvegarde qui héberge environ 60 variétés.
Depuis 2008, l’association a été à l’initiative d’un programme de rénovation de châtaigniers. Ainsi, plus de 600 châtaigniers ont pu être rénovés en partenariat avec des élagueurs-grimpeurs qualifiés.

Axe2 : Soutien technique de projet de territoire
L’association apporte un soutien technique aux porteurs de projet de territoire. Elle conseille les porteurs de projet dans le choix des variétés, la plantation, l’entretien, le diagnostic de leur châtaigneraie et la rénovation etc…
L’ACRC participe aussi à l’étude des variétés en vue de leur sauvegarde dans d’autres départements de la région Midi-Pyrénées, en partenariat avec d’autres structures (Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées, Association pour le renouveau de la châtaigne du 65, la fédération RENOVA de l’Ariège).

Axe3 : Valorisation de l’Espace Naturel Sensible
Le verger conservatoire a été intégré depuis 2010 au réseau des Espaces Naturels Sensibles (ENS) du département de l’Aveyron.
L’ACRC apporte un appui technique dans la création d’un support d’animation de l’ENS, un sentier ethnobotanique.
L’association participe à de nombreuses manifestations telles que le SISQA, les différentes fêtes de la châtaigne et propose diverses animations.

En matière d’environnement, quelles sont vos initiatives qui ont porté leurs fruits ?

Nous organisons de nombreuses animations en faveur de l’environnement qui connaissent beaucoup de succès :

  • Des randonnées découvertes du sentier ethnobotanique en Ségala,
  • Des visites du conservatoire du châtaignier,
  • Des formations professionnelles sur le greffage, la taille, la lutte biologique contre le chancre…

Dites-nous en quoi vous avez la fibre naturelle ?

Nous avons aménagé trois vergers d’une superficie de 5 ha qui servent de supports d’animation pour le grand public et le public scolaire. Ces vergers sont conduits et entretenus dans le respect de l’environnement : nous pratiquons la lutte biologique contre les nuisibles, le paillage avec du BRF, mise en place de bactériosol… Nous avons également créé un sentier de découverte des paysages et de la flore du Ségala. A l’entrée du site, nous avons installé un panneau d’accueil précisant les bonnes pratiques du randonneur et les règles à respecter.

Vous avez déjà participé aux Journées Nature en 2012, quelles sont les meilleures graines que vous avez semées lors des Journées Nature 2012 ?

Dans le cadre des Journées Nature, le conservatoire du châtaignier a proposé une randonnée découverte sensitive du patrimoine naturel du Ségala. Cette animation s’adressait aux déficients visuels (tous les degrés d’handicaps). En collaboration avec Philippe BERMERE, membre de Valentin Haüy, le sentier ethnobotanique de Rignac a été rendu d’accessible aux déficients visuels par quelques petits aménagements (rampe…). Ainsi, 15 déficients visuels accompagnés de personnes voyantes ont pu découvrir par le toucher, le goût et l’odorat la flore et les paysages de l’Aveyron. Les marcheurs ont parcouru 7 km à travers la vallée de l’Aveyron. L’animation s’est poursuivie par la visite d’une ferme en agriculture biologique. Laurent TEYSSEDRE, agriculteur, a accueilli le groupe dans sa ferme. Ils ont échangé sur les joies et les difficultés du métier d’éleveur. Le contact avec les animaux a été très apprécié. La journée s’est achevée par un goûter composé exclusivement de produits locaux.

Cette animation a favorisé une plus grande autonomie de déplacement dans un milieu naturel, souvent "hostile". Les participants ont pu développer leurs propres processus de perception de l’environnement qui reposent sur l’usage de leurs sens. Cette animation répond à leur demande d’autonomie.
Cette animation a facilité l’accès à la culture et aux sports de nature.
C’était également un moment d’échange et de partage riche entre les déficients visuels et les "voyants". Elle a permis de rompre leur isolement et de favoriser leur intégration sociale.
Personnellement, étant l’animatrice qui a accompagné le groupe, j’ai tiré de cette expérience beaucoup d’enseignements sur leur courage et leur volonté d’intégration.

Des pousses ont-elles germé par la suite ?

La découverte de la flore du Ségala par les sens va être renouvelée en 2013 avec l’association Valentin Haüy. En collaboration avec M. COTTEL de Handisport Rodez, et Mme POQUET, déficiente visuelle, nous prévoyons des étiquettes en braille pour les noms des arbres présents sur le sentier.