AccueilJe m’informeLes actusPlan Littoral 21 : le temps des premières réalisations

Plan Littoral 21 : le temps des premières réalisations

L’acte III du Plan Littoral 21 est lancé. Les premiers projets que la Région va soutenir, dès cette année, dans le cadre de cette mission, ont été dévoilés par la présidente Carole Delga, jeudi 20 avril en clôture de la session extraordinaire du Parlement de la mer qui s’est tenue à La Grande-Motte.

Mon objectif est de poser ensemble les premières pierres des futurs grands projets structurants avant la fin de l’été 2017.

C’est avec ces mots que Carole Delga a lancé l’acte III du Plan Littoral 21. Ce jeudi 20 avril à La Grande-Motte, la présidente a clôturé la session extraordinaire du Parlement de la mer par l’annonce des premiers projets que la Région va soutenir dans le cadre de la mission Littoral 21.

Le nautisme, une opportunité de développement
Grand Prix Diam 24 de la Grande Motte de voile (mars 2017) avec la Team Occitanie Sud de France © Laurent Boutonnet
Grand Prix Diam 24 de la Grande Motte de voile (mars 2017) avec la Team Occitanie Sud de France © Laurent Boutonnet

Parmi eux, « D’Archimède à Icare » porte un nom très évocateur. À l’avant-garde des nouvelles pratiques nautiques, professionnelles et de loisirs, l’opération consiste à créer à La Grande-Motte une structure de référence spécialisée dans la technologie des « bateaux volants » -ou bateaux « à foils ». Ils sont équipés d’ailerons sous-marins qui permettent aux navigateurs d’aller 2 à 3 fois plus vite que le vent. Une révolution à peine en marche dans le monde de la voile, et qui représente une formidable opportunité pour Occitanie. Le centre serait à la pointe du transfert de technologie, c’est-à-dire à la fois un laboratoire de recherche et développement, et un lieu de mise en pratique avec des formations et des entraînements.
Innovant, respectueux de l’environnement et porteur d’emplois, ce projet s’inscrit pleinement dans la « croissance bleue » voulue par le Plan Littoral 21. À ce jour, aucune structure en France n’accueille ce type d’activité.

Équipé de roues, l'engin de levage permet une mise en eau sûre et rapide © Laurent Boutonnet
Équipé de roues, l’engin de levage permet une mise en eau sûre et rapide © Laurent Boutonnet

Adapter les équipements portuaires aux enjeux actuels est également au cœur de la mission pour le littoral. Par exemple, la Région a participé au financement d’un engin pour le levage et la mise en eau des bateaux multicoques. Inauguré à la Grande-Motte par Carole Delga après la séance du Parlement de la mer, cet outil va permettre au 5eme port régional de développer la plaisance haut de gamme.

D’autres projets sont sur les rails, comme l’aménagement du lido de Frontignan, l’extension du port de Port-La-Nouvelle ou encore la mise en valeur du phare de l’Espiguette au Grau-du-Roi.

Des actions qui s’appuient sur des recommandations d’experts

Tous ces projets convergent vers un même objectif : concilier performance économique, résilience écologique* et respect du patrimoine culturel et historique. Des fondamentaux largement évoqués dans le rapport des experts mandatés par l’État pour la mission Littoral 21.

Présentées aux membres du Parlement de la mer en session extraordinaire ce jeudi 20 avril, les conclusions de ce rapport d’une centaine de pages sont autant de recommandations pour une mise en oeuvre du Plan Littoral 21 intégrée et durable. Le principe étant d’apprécier simultanément tous les aspects de développement du territoire (économiques, culturels, urbanistiques et architecturaux, environnementaux, citoyens…) pour construire sur le long terme.

Carole Delga devant le Parlement de la mer jeudi 20 avril © Laurent Boutonnet
Carole Delga devant le Parlement de la mer jeudi 20 avril © Laurent Boutonnet

Dans ce sens, la présidente de Région est tout à fait favorable à la création d’un "Comité urbanisme" qui définira la charte architecturale, urbanistique et paysagère préalable à toute opération.

Avec le Plan Littoral 21, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée se donne l’ambition de devenir une puissance maritime et la première destination nautique d’Europe.

(*) La "résilience" est un terme hérité de la physique. Il désigne la capacité à revenir à des qualités, des caractéristiques originelles, après un choc subi. La résilience écologique consiste à protéger du changement climatique les écosystèmes naturels (montée des eaux, érosion du trait de côte…).

Le Parlement de la mer, c’est :
  • une assemblée de 198 conseillers qui représentent l’ensemble de la communauté maritime de la région
  • un forum qui recueille les avis de plus de 1 000 résidents de la mer
  • 4 commissions et 6 groupes de travail qui se réunissent régulièrement
  • une instance de dialogue unique en France, créée par la Région en 2013.