http://www.laregion.fr/Le-temps-des-expos-d-ete-a-commence

Le temps des expos d’été a commencé

À nouvelle saison, nouvelles expos : le temps des accrochages d’été a commencé dans la plupart des musées de la région. L’occasion de plonger en famille, dans des univers aux tons très différents. Une sélection (non exhaustive) de quelques expositions à découvrir cet été.

À Collioure, dans les Pyrénées-Orientales.


Joël Desbouiges, « Conversation avec… », 2015. Acrylique sur toile imprimée. 140 x 140 cm. Collection de l'artiste. © Tous droits réservésJoël Desbouiges est un artiste multiple. Peintre, plasticien, illustrateur et photographe, il a façonné tous ces matériaux pour livrer Voramar, une exposition témoignage sur Collioure . Une partie des œuvres est un écho à ses nombreux séjours dans le petit port catalan, mais aussi à Matisse, qui l’avait aussi fréquenté, et peint au début du XXe siècle. En résultent sept tableaux aux couleurs fauves avec le clocher comme emblème. S’ajoutent à ces paysages des « œuvres volume » dans lesquelles Joël Desbouiges joue avec l’objet et ses motifs fétiches, comme les bois de cerfs et les canards.
Au Musée d’art moderne, jusqu’au 16 octobre 2016.

À Millau, dans l’Aveyron.


Expositon Si l'amour m'était conté, « Belle, vous a-t-on déjà demandée en mariage ? », 2015, Tirage pigmentaire sur papier fine-art mat, 116 cm x 89 cm, © Bruno Fabbris, stylisme Nathalie RUTILIIl était une fois… La Belle et la Bête, Peau d’âne, La Belle au bois dormant, Blanche-Neige, Cendrillon L’exposition Si l’amour m’était conté s’attache au sentiment amoureux dans cinq contes de fées. Pour relever ce défi, le Musée de Millau* propose un parcours à vivre et à ressentir, notamment à travers des supports sonores et visuels interactifs où le visiteur plonge dans le merveilleux, magique autant que maléfique. À découvrir également, des affiches et extraits de films, des peintures et des dessins–dont plusieurs originaux de Cocteau lui-même-, des photographies et des objets… Pas moins d’une centaine d’œuvres sont présentées.

* grâce à la collaboration de la Maison Fabre et au Comité Cocteau.
Au Musée de Millau, jusqu’au 12 novembre.

À Sète, dans l’Hérault.


Exposition Ruines du temps réel, Yan Pei-Ming - Rossellini, Roma città aperta - 2015, Oil on canvas, 100 x 150 cm - Obligatory mentions : Photography : André Morin © Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris, 2015.Yan Pei Ming, artiste peintre d’origine chinoise, est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands artistes contemporains de sa génération. L’exposition Ruines du temps réel croise deux périodes clefs de son oeuvre : le début de sa carrière et la période la plus récente de sa peinture. Certaines œuvres présentées ont été réalisées spécialement pour l’exposition. À travers des paysages et des portraits qui font directement référence à des épisodes, des lieux et des personnages de l’histoire, Yan Pei Ming pose un regard singulier sur l’humanité.
Au Centre régional d’art contemporain jusqu’au 25 septembre 2016.

À Valence-sur-Baïse, dans le Gers.


Exposition Une présence, © Jean Anguerra, Une terre d'Espagne IIDes paysages et des hommes sculptés dans la résine, émergent, massifs, dans l’espace de l’abbaye cistercienne de Flaran. Dès son installation sur le site, la Conservation départementale du Patrimoine et des Musées/Flaran s’est attachée à la présentation régulière d’artistes contemporains, comme Jean Anguerra. Membre de l’Académie des Beaux-Arts, il a reçu un prix prestigieux pour l’ensemble de son oeuvre en 2012. Les pièces de l’exposition se confrontent particulièrement bien aux volumes du lieu, et donnent à voir Une présence .
À l’église abbatiale de Flaran, Centre Patrimonial Départemental, jsuqu’au 2 octobre 2016.

À Nîmes, dans le Gard.


Perspective du futur Musée de la Romanité de Nîmes, © Agences Elizabeth et Christian de PortzamparcEn attendant l’ouverture en 2018 du Musée de la Romanité de Nîmes, qui accueillera les collections du Musée archéologique* –plus de 25 000 pièces de la période romaine et préromaine-, une exposition de préfiguration est accessible pour découvrir le projet muséographique et des pièces de la future collection. À l’appui : trois films, dont une déambulation à l’intérieur du futur musée, des interviews des architectes, une maquette du bâtiment, et des objets de la période romaine et gothique. Le bonus : une application pour smartphones pour se replonger dans l’exposition Sous le regard de Neptune (2014, Musée archéologique), dédiée à la découverte en 2006-2007 d’un bassin d’époque romaine et d’une statue fontaine à l’effigie du dieu Neptune. Elle sera l’une des œuvres majeures du futur musée de la Romanité de Nîmes.
*Le Musée archéologique est fermé. Seule la Galerie de préfiguration est ouverte.
À la Galerie de préfiguration du Musée de la Romanité

À Montauban, dans le Tarn et Garonne.


Bourdelle, Monument aux Morts, aux Combattants et aux Serviteurs du Tarn-et-Garonne de 1870-1871Originaire de Montauban, Antoine Bourdelle était connu comme sculpteur. Et plus particulièrement pour son Monument aux Morts, aux Combattants et aux Serviteurs du Tarn-et-Garonne de 1870-1871 , considéré comme un chef d’œuvre. Lors de sa conception, Bourdelle réalise de nombreuses photographies de la statue. C’est cet aspect méconnu de sa production que l’exposition De bruit et de fureur présente au Musée Ingres. Plus d’une centaine de ces photographies, pour la plupart jamais montrées, sont exposées. Son oeuvre sculptée trône par ailleurs place Bourdelle, devant le Musée.
Au Musée Ingres de Montauban

Article publié le 30 juin 2016